Le ton accommodant de la Fed renforce les monnaies des marchés émergents alors que la livre sterling plonge avec les craintes du Brexit
La réserve fédérale a surpris les marchés lors de sa réunion de janvier avec une déclaration qui était beaucoup plus “dovish” que prévue et a semblé mettre un obstacle à toute nouvelle hausse des taux d'intérêt pour 2019. Les actifs à risque ont réagi comme on pouvait s'y attendre, se redressant de façon générale, tandis que le dollar s'est vendu difficilement. Les principaux bénéficiaires sont les monnaies des pays exportateurs de produits de base comme le dollar australien, le dollar néo-zélandais, le dollar canadien, la couronne norvégienne et toutes les principales monnaies des marchés émergents, à l'exception du peso mexicain. La livre sterling a été la grande perdante de la semaine et finit derrière toutes les devises majeures par crainte d'un hard Brexit.

Les données économiques seront peu nombreuses la semaine prochaine. Les marchés des changes s'inspireront surtout des événements politiques, en particulier sur la négociation du Brexit et des progrès réalisés dans les négociations commerciales entre les États-Unis et la Chine.

GBP

La livre sterling s'est très mal comportée la semaine dernière. Le parlement a soutenu un amendement qui renvoyait Theresa May vers l'UE pour de nouvelles concessions. Les négociateurs de l'UE affirment que c'est impossible. Par conséquent, bien qu'un Brexit retardé demeure le résultat le plus probable à notre avis, les chances de ne pas conclure à une entente a légèrement augmenté. Les marchés l'ont clairement vu la semaine dernière, envoyant la livre à la baisse, en particulier contre l'euro. Nissan a annoncé ce week-end son intention d’annuler son projet de construire des SUV en Grande-Bretagne du au Brexit, ce qui devrait ajouter de la morosité à court terme sur la livre sterling.

EUR

Ce fut une semaine mitigée au niveau des news macroéconomiques en provenance de la zone euro.

Les nouvelles négatives sur le PIB italien ont été quelque peu contrebalancées par un résultat plus fort que prévu pour l'inflation de base en janvier. Les marchés des changes ont fait grimper l'euro suite à la déclaration très accommodante du FOMC plus tôt dans la semaine. Il semble que si les informations économiques ne se détériorent pas davantage, l'euro pourrait remonter modestement à court terme, alors que les marchés digèrent le retournement “dovish” de la Fed.

USD

La réserve fédérale américaine a surpris les marchés la semaine dernière avec une déclaration très accommodante, le président Powell la confirmé lors de la conférence de presse qui a suivi. Selon le communiqué, en l'absence de mauvaises surprises macroéconomiques, la Fed est actuellement dans l’attente et sa politique dépend entièrement des données économiques. Le dollar a chuté immédiatement après la réunion par rapport à toutes les principales devises et les marchés financiers ont salué ce changement de ton dans le monde entier. Le rapport critique sur les salaires suivant la réunion de vendredi ne devrait pas changer radicalement l'opinion de la Fed. Une forte création d'emplois continue de s'accompagner d'une augmentation salariale modérée d'environ 1% en termes réels. Nous pensons que le changement de ton de la Fed confirme encore notre vision généralement optimiste des devises des marchés émergents.
Imprimer