Les devises des marchés émergents se redressent alors que les tensions en Iran se calment
L’année 2020 démarre par une note positive sur les marchés financiers. La nouvelle que le conflit américano-iranien reste contenu pour l'instant, les perspectives d'un accord commercial entre les États-Unis et la Chine et les bonnes nouvelles des principales économies ont poussé les marchés boursiers mondiaux à des niveaux records. Le dollar a enregistré une performance mitigée, en forte hausse par rapport aux valeurs refuges tels que le yen japonais, mais en baisse par rapport à la plupart des principales devises des marchés émergents, principaux bénéficiaires de l'ambiance festive des marchés.

Cette semaine, l'attention se concentre sur la macroéconomie, notamment l'inflation américaine mardi, le rapport sur l'inflation au Royaume-Uni et la production industrielle dans la zone Euro mercredi et les ventes au détail aux États-Unis publiées jeudi. La publication du procès-verbal de la BCE et des discours des responsables des banques centrales des deux côtés de l'Atlantique devrait également créer une certaine volatilité.

GBP
Le gouverneur Carney a annoncé la semaine dernière des perspectives plus accommodantes de la part de la Banque d'Angleterre, bien que l'impact sur la livre sterling soit limité. Cependant, nous pensons que les anticipations du marché concernant la baisse des taux à moyen terme ne sont pas encore justifiées. Nous nous tournerons vers le rapport sur l’inflation de mercredi et d'autres publications de deuxième niveau pour confirmer que l'économie est maintenant sur une base plus solide et que l'incertitude sur le Brexit a beaucoup diminué. La forte révision à la hausse des indices PMI de l'activité économique que nous avons constatée la semaine dernière va déjà dans ce sens. Nous restons positifs sur les perspectives à moyen terme de la livre.

EUR
Les données économiques les plus pertinents pour la zone euro sont passés inaperçus.
La semaine dernière, les indices PMI de l'activité commerciale de décembre ont subi une importante révision à la hausse et l'indice composite est désormais stabilisé en territoire expansionniste. Les données sur les ventes au détail ont également été solides et l'inflation sous-jacente à 1,3% reste au sommet de la récente fourchette. Les taux européens négatifs continuent de peser quelque peu sur la monnaie unique. Nous pensons que le procès-verbal de la BCE pour la réunion de décembre publié cette semaine, pourrait atténuer quelque peu les inquiétudes du marché concernant de nouvelles réductions de taux ou une augmentation du QE, fournissant un soutien modeste à la monnaie commune.

USD
Le rapport sur le marché du travail pour décembre a montré le meilleur des deux mondes pour les marchés boursiers, avec une création d'emplois légèrement supérieure à la croissance de la population active et aucun signe d'accélération des salaires. Ces données repoussent les perspectives de resserrement monétaire à plus tard, les actifs à risque en général réagissent en conséquence. Le point critique de cette semaine sera l'inflation IPC publiée mercredi. L'indice de base excluant les composants volatils tels que les produits alimentaires et énergétiques devrait rester supérieur à l'objectif de 2% de la Fed. En l’absence de preuve d'accélération de la croissance des salaires, nous nous attendons à ce que la banque centrale examine ces données avec attention.

Imprimer