Le dollar se renforce alors que les craintes liées au coronavirus diminuent
Des signes de ralentissement du taux de propagation du coronavirus en Chine ont alimenté une reprise générale des actifs risqués dans le monde entier. Le dollar a profité de la reprise, tout comme les devises asiatiques de manière générale. Les valeurs refuges comme le yen ont souffert et les monnaies européennes ont également chuté. Le dollar a également été soutenu par un solide rapport sur l’emploi aux États-Unis qui a confirmé que la plus longue expansion économique de l'histoire des États-Unis a encore un bel avenir...

Cette semaine, l'attention restera sur les annonces quotidiennes des chiffres de contagion du coronavirus en Chine et dans le monde, d'autant plus que les données macro-économiques seront légères. Le témoignage semestriel du président de la Fed, monsieur Powell, devant le congrès américain mardi sera important. La croissance du PIB britannique au quatrième trimestre mardi, les données de la production industrielle de la zone euro mercredi et l'inflation américaine jeudi seront les principaux faits marquants. La primaire démocrate du New Hampshire mardi pourrait également faire des éclats, si cela confirme que la gauche du parti représentée par Sanders est désormais sur une pente ascendante.

GBP
La semaine dernière, nous avons vu des révisions à la hausse substantielles des indices PMI d'activité de janvier, ce qui est de bonne augure pour la croissance en 2020. Cela n'a pas aidé le GBP/USD, qui a chuté avec la reprise générale du dollar. Les attentes pour les chiffres du PIB de cette semaine sont faibles, il s'agit d'un chiffre rétrospectif qui sera affecté par l'incertitude sur le Brexit, qui ne se dissipera qu'aux élections générales de la fin du trimestre. Cependant, les attentes d’une surprise à la hausse sont plus faibles que d'habitude et la livre sterling semble survendue, en particulier par rapport au dollar américain.

EUR
La semaine prochaine devrait être calme dans la zone euro. Les seules données importantes publiées seront la production industrielle pour décembre, trop lointaine pour avoir un impact significatif sur le marché. Alors que plusieurs orateurs de la BCE seront à l'écoute, il est peu probable qu'ils partagent des informations importantes sur l'état des discussions de politique monétaire au sein de la banque centrale. Pour l'instant, les mouvements de l'euro dépendront des nouvelles extérieures.

USD
Le témoignage du président de la Fed, Jerome Powell devant le Congrès devrait réitérer le message modérément optimiste selon lequel l'économie américaine se porte bien actuellement sans pressions inflationnistes et que la banque centrale reste attentiste dans un avenir prévisible. L’indice des prix à la consommation (IPC) jeudi devrait confirmer qu'il reste à peu près conforme à l'objectif de la Fed et qu'aucun resserrement monétaire n'est nécessaire pour l'instant. En termes d'impact sur les marchés des devises, le récent rallye américain contre l'euro semble tendu et nous pensons qu'il est possible que la monnaie commune se redresse vers le haut de sa récente fourchette, près de 1,1150 au cours des prochaines semaines.
Imprimer