La fintech européenne Ebury se lance sur le marché australien
Ebury, un fournisseur de services bancaires aux PMEs, pénètre le marché australien des crédits non-bancaires, se positionnant ainsi comme un concurrent direct des grandes banques.

La fintech Ebury, avec 22 bureaux à travers le monde et plus grand acteur non-bancaire spécialisé dans les PME, a annoncé qu’elle commencerait à concurrencer directement les grandes banques grâce à une offre de crédit à court-terme pouvant aller jusqu’à 5 millions de dollars par client afin de sécuriser les entreprises dans leurs cycles de trésorerie.

Rick Roachen, directeur général d’Ebury en Australie, a confié cibler principalement les PMEs à la recherche de financements pour se développer :

“Notre priorité est d’accompagner les PMEs australiennes dans les avances de trésorerie, les recherches montrant que celles-ci font face à un manque de financement de plus de 80 milliards de dollars. Les PMEs connaissent de grandes difficultés à obtenir des financements et tout particulièrement celles présentant une grande volatilité de flux et de revenus”.

“Ainsi il n’est pas surprenant que 90% des PMEs se tournent vers des prêteurs non-bancaires car ceux-ci accordent plus rapidement des crédits que les grandes banques, des acteurs comme Ebury ne demandent même pas de garanties collatérales vis-à-vis des fonds empruntés. Le marché ne demande qu’à être pris”

“Ebury a été fondée pour concurrencer les banques, les sociétés financières et les néo-banques qui utilisent des procédés dépassés.”

“Nos clients recherchent de plus grandes lignes de crédit et ont des besoins de plus en plus complexes. La plupart des créditeurs des commerçants de détail n’ont pas la possibilité de satisfaire ces besoins et se concentrent sur des entreprises qui empruntent des montants moins importants, à des taux et à des maturités plus élevés”.


Ebury est compétitive grâce à son expertise concernant le financement des activités commerciales et donne à ses clients un accès à une plateforme en ligne simple à utiliser, une transparence totale des coûts pour le client et pas de frais additionnels.

Avec une valorisation supérieure à 1 milliard de dollars, Ebury fait partie des fintechs dites ‘unicorn” et a utilisé ce statut pour autoriser ses clients à collecter des fonds, se couvrir ainsi qu’à effectuer des paiements sur une seule et même plateforme internet.

En plus de son activité de financement commercial, Ebury propose à ses clients une multitude de services bancaires dans plus de 130 devises et cherche désormais à se développer en Asie.
Imprimer