La guerre commerciale menacante, influence les marchés
L’importante réaction chinoise aux menaces de Trump ce week-end a accentué la tension sur les marchés financiers. Les actions du monde entier se vendent comme des actifs sûrs, comme les rendements des obligations d'État, qui tombent encore une fois à des niveaux très bas. Les marchés des changes continuent de se comporter relativement sereinement par rapport à la plupart des autres actifs, bien que le peso mexicain ait perdu tous ses gains en 2019 pour finir en baisse de plus de 3% contre le dollar après les menaces de Trump. La livre sterling a encore une fois été la devise la moins performante du G10, alors que les traders s'inquiètent du chaos politique dans cette région et de l'absence de perspectives de résolution de l'impasse du Brexit.

La politique et les effets potentiels d’une guerre commerciale sur la croissance économique obscurcissent fortement l’impact des données économiques et des nouvelles politiques sur les marchés. Les analystes ont été occupés à réviser à la baisse les perspectives des pays du G10 et ont appelé à une réduction des taux d'intérêt partout où ces derniers sont positifs, en particulier aux États-Unis. Nous pensons qu'il est plus sage d'attendre que des données réelles reflètent cet hypothétique ralentissement et que la Réserve Fédérale ne bougera pas de manière significative avant cela.

La semaine prochaine, l'événement clé sera la réunion de juin de la BCE, jeudi. La masse salariale américaine non-agricole vendredi entraînera également une volatilité certaine en fin de semaine.

GBP
L’incertitude liée au Brexit ne cesse d’augmenter. Les sondages au Royaume-Uni prédisent de graves troubles politiques, les partis conservateur et travailliste étant dépassés par les partis ayant une position plus claire sur la question du Brexit : les démocrates libéraux du côté ‘Remain’ et le dernier véhicule politique en date de Farage pour ‘Leave’. La date butoir pour la nouvelle échéance d’octobre approche encore à grands pas, il n’y a pratiquement aucun signe de progrès. Les marchés sont clairement mécontents de cet état des choses et la livre sterling a terminé la semaine à nouveau au bas de la liste des devises G10. Aucune nouvelle déterminante ne devrait être publiée cette semaine, les gros titres politiques devraient donc continuer à stimuler les performances de la livre.

EUR
L'euro résiste relativement bien malgré l'aversion pour le risque financier et à la menace de guerre commerciale. Ce sera une semaine chargée pour la monnaie commune. Outre la réunion critique de la BCE en juin, nous aurons un premier aperçu de l’inflation pour le mois de mai. Le consensus s'attend à un retour des chiffres plutôt décevants du premier trimestre 2019. La plupart des experts semblent également attendre un message très ‘dovish’ de la part du président Draghi ce jeudi. Ce consensus ‘dovish’, associé au positionnement à la vente de l'euro sur les marchés, crée les conditions d'une hausse de l'euro si les données ou les communications de la BCE sont plus positives que celles attendues par les marchés.


Imprimer