Le ton conservateur de la Fed pèse sur le dollar
Le ton conservateur de la Fed pèse sur le dollar, les devises liées au pétrole se redressent.
La prise de conscience naissante que les hausses de taux de la réserve fédérale en 2019 ne sont pas garanties, fait baisser les taux d’intérêt américains ce qui a entraîné le dollar à la baisse. L'euro a largement ignoré les manifestations des gilets jaunes contre Macron. La livre sterling reste instable car l'accord de May a de fortes chances d’être rejeté par le parlement britannique. La hausse du pétrole signifie que les devises les plus performantes sont celles des pays exportateurs de pétrole, comme le rouble russe et le peso colombien, tandis que les importateurs de pétrole comme la Turquie et l'Afrique du Sud ont souffert.

Nous nous attendons cette semaine à ce que la volatilité des devises soit importante. Le vote de mardi au parlement britannique sur l'accord de retrait de Theresa May apportera probablement beaucoup de volatilité à la livre sterling. La réunion de la BCE de jeudi pourrait potentiellement faire monter l'euro si la direction au sujet des hausses de taux reste inchangée malgré la faiblesse des indicateurs économiques.

GBP
Inutile de dire que rien ne compte pour la livre sterling si ce n’est le vote sur le Brexit cette semaine et ses conséquences. Il y a un accord quasi universel sur le fait que l'accord ne passera pas, mais la marge de défaite sera déterminante. Nous pensons qu'une défaite par plus de 80 voix conduirait les marchés à envisager la chute du gouvernement et une probabilité non négligeable d'un Brexit dur, ce qui ferait basculer la livre sterling.

EUR
La réunion de la BCE jeudi permettra de déterminer si les récentes déceptions concernant les données de la zone euro ont amené la banque centrale à retarder son calendrier pour de futures hausses de taux. Nous pensons que le ralentissement de l'activité économique est temporaire, mais il est plus difficile d'écarter la faiblesse de l'inflation en zone euro. Toutefois les attentes du marché sont extrêmement mitigées, les investisseurs prévoient que le taux de dépôt ne sera pas nul avant 2021, ce qui est beaucoup trop accommodant à notre avis. Nous pensons que les risques autour de la réunion de la BCE sont clairement biaisés en faveur d'un résultat moins accommodant que prévu et par conséquent, une légère tendance haussière de l'euro ne peut être exclue.

USD
Alors que les chiffres figurant dans le rapport sur la masse salariale étaient quelque peu décevants, nous pensons que le rapport était globalement compatible avec un marché du travail qui continue de se renforcer. Cependant, nous sommes d'accord avec la perception du marché selon laquelle les hausses de la Fed en 2019 sont loin d'être garanties et le FOMC devrait prendre du recul pour voir si les faibles chiffres de l’inflation perdurent. Nous prévoyons toujours une hausse de taux lors de la prochaine réunion de décembre, mais nous ne prévoyons aucun changement en 2019. Nous prévoyons que les taux des autres zones monétaires composant le G10 entament une lente convergence vers les niveaux des taux américains, ce qui devrait être légèrement négatif pour le dollar américain.
Imprimer