Les monnaies du G10 se maintiennent dans une étroite fourchette de prix
La semaine de Pâques est généralement l’une des semaines les plus calme de l’année sur le marché des changes et la semaine dernière ne faisait pas exception. Les devises du G10 se sont maintenues à 0,5% les unes des autres, à la seule exception du dollar néo-zélandais, pénalisé par une inflation trimestrielle plus faible que prévu et par la conviction croissante du marché que le prochain mouvement de taux d’intérêt sera une réduction. Mis à part le G10, les principales devises des marchés émergents sont légèrement en baisse, mais sans grande conviction.

Cette semaine, on prévoit que le retour des vacances sera lent avec relativement peu de communiqués clés. La croissance du premier trimestre américain annoncée vendredi sera la principale préoccupation des marchés des changes, à l'exception du Brexit où le retour devant le parlement pourrait générer une activité politique.

GBP
La décision de reporter le Brexit une fois de plus nous permet de nous concentrer à nouveau sur les fondamentaux de l’économie britannique. Les nouvelles de la semaine dernière ont confirmé que le Royaume-Uni se comportait comme la plupart des économies développées. Un marché du travail sain crée des emplois et génère des gains salariaux substantiels, mais cela ne s'est pas encore traduit par des pressions inflationnistes importantes, car les mesures de l'inflation de base restent au niveau ou au-dessous des objectifs de la banque centrale. Ceci, combiné aux incertitudes liées au Brexit, signifie que la Banque d’Angleterre risque de ne pas trop faire parler d’elle au cours des prochains mois, tout comme ses homologues du G10. Toutefois, la livre reste bon marché dans la plupart des cas et nous maintenons des perspectives positives pour les prochains trimestres.

EUR
La semaine dernière, les chiffres pour l’activité des IDA (Indice des Directeurs d’Achats) étaient relativement décevants, restants modestement à l’arrière pendant que l’indice composite est resté sur un territoire d’expansion. La reprise d’activité des usines chinoises ne s’est pas encore traduite en une hausse significative du moral du secteur manufacturier dans la zone Euro. La monnaie unique a l’air de suivre le rythme et a essentiellement terminé la semaine là où elle a débuté lors du trading tiède des vacances.

USD
La semaine dernière, nous avions des signaux mitigés à propos de la santé économique des Etats-Unis. Alors que les chiffres du mois de mars pour la vente de détail ont balayé les attentes, ceux du marché immobilier ont été décevants. Cependant, le récent recul des taux d’intérêts, après la communication de la Réserve Fédérale annonçant que les taux d’intérêts n’allaient plus augmenter pour le moment, devrait soutenir le secteur immobilier à moyen terme pour lequel nous ne sommes pas particulièrement inquiets. Le rapport avancé de vendredi pour le premier trimestre mondial fournira un test significatif de notre vision modérément optimiste.

Imprimer