Fed : vers une hausse historique des taux

Enrique Díaz-Álvarez10/Dec/2015Actualités

Depuis décembre 2008, la Réserve fédérale américaine a maintenu des taux historiquement bas après que Ben Bernanke, son ancien président, ait annoncé que la Fed réduirait son taux d’intérêt de référence à zéro pendant le pique de la crise financière.

Cependant, depuis que Janet Yellen, l’actuelle présidente, a éliminé le terme “patient“ du communiqué de la Fed en mars cette année, les cambistes attendent avec impatience la première augmentation des taux d’intérêts aux États-Unis depuis 2006.

LE 16 DÉCEMBRE : UNE DATE CLÉ

Toute l’attention du marché des devises se porte maintenant sur la réunion du comité de politique monétaire (FOMC), à 20h le 16 décembre, pendant laquelle la Banque centrale des États-Unis pourrait annoncer une augmentation de son taux d’intérêt de référence pour la première fois en 9 ans.

Lors de la précédente réunion du FOMC en octobre, la Réserve fédérale avait laissé la porte ouverte à une augmentation de taux en décembre. Alors que les responsables de la Fed avaient déclaré qu’ils continueraient à surveiller les développements financiers et économiques à l’étranger, ils avaient supprimé le passage de la précédente annonce qui suggérait que l´évolution des activités au niveau mondial aurait des conséquences sur l’économie américaine.

UNE HAUSSE JUSTIFIÉE PAR LES DONNÉES ÉCONOMIQUES

La Fed avait également explicitement mentionné une possible augmentation des taux en décembre en indiquant qu’“afin de déterminer s’il sera approprié de relever les taux lors de sa prochaine réunion, le comité examinera les progrès – à la fois réalisés et attendus – vers ses objectifs de plein emploi et de 2 % d’inflation“, des conditions clairement remplies au cours des derniers mois.

Selon nous, les données économiques depuis la dernière réunion de la Fed, en particulier celles concernant le marché du travail, ont été suffisamment positives pour justifier une augmentation des taux. Les deux derniers rapports sur l’emploi non-agricole américain (NFP) ont été supérieurs aux attentes. En octobre, les chiffres pour la création d’emploi sont montés en flèche pour atteindre 298 000, leur plus haut niveau en un an (Figure 1). Les chiffres de novembre ont aussi été très bons et ont permis d’obtenir une moyenne de 220 000 sur les 3 derniers mois. Le taux de chômage est également au plus bas depuis sept ans avec 5 %, et la croissance moyenne des revenus, bien que toujours modeste, atteint presque son plus haut niveau depuis fin 2009.

Figure 1 : NPF aux Etats-Unis (2010-2015)

Pic1

Source : Thomson Reuters Datastream Date : 07/12/2015

En outre, la croissance économique reste solide, bien que modérée, avec 2,2 % sur une base annualisée au troisième trimestre. L’inflation globale reste faible, tirée vers le bas par les prix de l’énergie. Cependant le niveau de la croissance des prix, de 1,9 % en octobre (Figure 2), se rapproche de l’objectif de la Banque centrale dans un contexte où les préoccupations concernant les marchés boursiers mondiaux semblent avoir quelque peu disparu.

Figure 2 : Taux d’inflations aux États-Unis

Pic2

Source : Thomson Reuters Datastream Date : 07/12/2015

DES COMMENTAIRES HAWKISH

Les commentaires des décideurs politiques depuis la dernière réunion semblent hawkish. Lors de son discours face au congrès à Capitol Hill aux États-Unis début décembre, Janet Yellen avait laissé entendre que l’économie américaine devrait continuer à croître de façon stable et serait à même de supporter une augmentation des taux d’intérêt.

Alors que les prévisions pour une augmentation des taux se renforcent, l’US Dollar a atteint début décembre son plus haut niveau en 12 ans face aux principales devises (Figure 3), pour se déprécier par la suite avec l’annonce décevante de la Banque centrale européenne à propos de l´assouplissement quantitatif.

Figure 3 : Indice USD (Janvier 2015 – Décembre 2015)

Pic3

Source: Thomson Reuters Datastream Date: 04/12/2015

NOS PRÉVISIONS

Compte tenu des récents commentaires hawkish des décideurs de la Fed, et des récentes données économiques très favorables, nous pensons que la Fed devrait commencer un cycle de resserrement monétaire à compter de la réunion du 16 décembre 2015.

Malgré quelques objections possibles au sein du FOMC, nous nous attendons à une augmentation du taux de 0,25 % à 0,5 % ; la Fed devrait également répéter que les prochaines augmentations seront graduelles et fonction des résultats sur le plan économique. Le marché est en accord avec ces attentes avec une probabilité d´augmentation des taux en décembre proche de 80 %, le plus haut niveau cette année, même si nous estimons qu’elle devrait être plus élevée encore.

L’augmentation graduelle des taux d’intérêt aux États-Unis devrait entrainer un renforcement du dollar contre la plupart des devises. Cette appréciation devrait être encore plus significative contre l’euro, étant donné la récente extension des mesures du programme d’assouplissement quantitatif de la Banque centrale européenne. Quant à la Livre Sterling, nos anticipations vont vers un renforcement effectif mais graduel.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.