À quoi faut-il s’attendre en 2016 sur le marché des devises ?

Enrique Díaz-Álvarez07/Jan/2016Actualités

La volatilité sur le marché des devises en 2015 a largement surpassé les prédictions de la plupart des acteurs. Les principales causes de cette volatilité sont :

  1. L’anticipation de l’augmentation des taux directeurs américains par la Réserve Fédérale qui a entrainé une augmentation du dollar tout au long de l’année.
  2. La forte dépréciation des devises de la plupart des pays émergents causée par la chute du prix des matières premières et de la hausse des taux par la Fed.

Dès janvier, les marchés avaient subi un raz de marée suite à l’annonce de la Banque Centrale Suisse qui supprimait le maintien artificiel de la valeur du franc suisse (CHF), entrainant une appréciation de 40 % de la devise face aux autres devises majeures sur une seule journée. Peu de temps après, Mario Draghi, le président de la Banque Centrale Européenne (BCE), annonçait déployer une mesure forte pour tenter d’insuffler un regain de dynamisme à l’économie de la zone euro au moyen de rachats d’actifs (Quantitative Easing).

Au printemps, la crise grecque et les craintes d’un Grexit faisaient les gros titres, et les conservateurs remportaient haut la main les élections législatives britanniques.

Les prix du pétrole ont continué leur chute, pour atteindre cette semaine leur niveau le plus bas depuis huit ans avec un baril à 32 dollars.

L’anticipation de l’augmentation des taux directeurs américains et le ralentissement de l’économie en Chine ont amené les acteurs du marché des devises à vendre leurs réserves de devises exotiques. La valeur de la plupart de ces devises, comme le rouble russe, le real brésilien et le rand sud africain, a chuté vers des niveaux historiquement bas.

Après des mois d’attente, d’anticipation et de spéculation, la Fed a annoncé en décembre l’augmentation de ses taux directeurs pour la première fois depuis presque 10 ans.

À quoi faut-il donc s’attendre en 2016 ?

La principale interrogation de ce début d’année sur le marché des devises est le maintien pour 2016 de ces deux grandes tendances, à savoir, la hausse du dollar et la dépréciation des devises des pays émergents.

Selon nos prévisions, le dollar va continuer à se renforcer, à un rythme plus progressif cependant. La différence entre la politique monétaire de la Fed aux États-Unis et celles appliquées par les autres pays du G10 soutiendra la prise de valeur de l’US Dollar. Le marché des taux d’intérêts semble avoir sous-estimé la volonté d’augmentation régulière des taux par la Réserve Fédérale.

Le dot plot de décembre, qui traduit le sentiment des décideurs de la Fed, indique qu’ils seraient favorables à trois ou quatre nouvelles augmentations des taux directeurs au cours de l’année à venir. Ces hausses devraient soutenir le renforcement de l’US Dollar et accentuer la pression subie par les devises des pays émergents, particulièrement si les prix des matières premières se maintiennent aux niveaux actuels.

Parallèlement, et compte tenu de la récente intensification de la politique monétaire accommodante mise en place par la BCE, l’euro semble condamné à rester sous pression. Il semble maintenant très probable que la BCE étendra son programme de rachat d’actifs dans le courant de l’année, tout particulièrement si les chiffres de l’inflation se maintiennent sous l’objectif des 2 %.

Quant à la livre sterling, elle devrait se maintenir entre ces deux tendances, en s’appréciant face à l’euro et se dépréciant face au dollar, étant donné que la banque d’Angleterre (BoE) suivra probablement les augmentations des taux de la Fed au cours du troisième trimestre 2016.

Côté politique, les élections présidentielles aux États-Unis seront un point d’attention de la fin d’année. On parlera également beaucoup du référendum britannique sur un potentiel Brexit, qui pourrait impacter le cours de la Livre.

Concernant le seconde grande interrogation, à savoir l’affaiblissement des valeurs des devises exotiques, nous pensons qu’un projet d’établissement de niveaux planchers est en cours d’élaboration pour les devises principales, comme le real brésilien et le rand sud africain.

Une nouvelle baisse des prix des matières premières est peu probable, à moins d’une nouvelle récession mondiale que nous n’envisageons pas. De plus, bien que la dette des entreprises des pays émergents augmente de manière significative, cette augmentation s’effectue en devise locale, ce qui rend ce problème gérable par les banques centrales et gouvernements nationaux.

Enfin, après des ventes parfois dramatiques constatées l’année dernière, la plupart de ces devises sont maintenant à des niveaux extraordinairement attractifs, ce qui stimulera la compétitivité des pays émergents, attirera les investissements et favorisera les échanges commerciaux durant l’année à venir.

À en juger par la volatilité et les nombreux rebondissements survenus l’année passée, 2016 s’annonce comme une année particulièrement intéressante sur le marché des devises !

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.