Nouveaux records à la baisse des devises liées aux matières premières

Enrique Díaz-Álvarez18/Jan/2016Actualités

Malgré la stabilisation du yuan en début de semaine dernière et les nouvelles économiques favorables de Chine, ce début d’année n’a pas été clément avec les marchés financiers et les actifs risqués d’une manière générale. Les marchés actions ont connu leur pire démarrage de l’Histoire, avec des pertes à deux chiffres au terme de cette première quinzaine sur la plupart des principaux indices. La recherche de sécurité n’a eu d’abord que peu d’impact sur les devises du G10. Cependant la semaine dernière, la livre sterling s’est fortement dépréciée face à l’euro et à l’US dollar, qui flirte maintenant avec les plus-bas, atteints pendant la crise financière de 2009. Toutefois, l’EUR/USD reste toujours dans la même fourchette de trading, insensible aux mouvements de quasi-panique sur certains marchés.

Les devises des pays émergents ainsi que les devises liées aux matières premières continuent d’établir des nouveaux records à la baisse, toujours mis sous pression par les prix des matières premières. Nos clients profitent de ces cours attractifs afin découvrir la plupart de leur futurs cash flow dans les devises de ces pays émergents.

GBP

La principale nouvelle la semaine dernière était la réunion de la Banque d’Angleterre (BoE). Pour le 6ème mois consécutif, Ian Mc Cafferty a encore maintenu son vote pour une augmentation immédiate des taux, contrairement aux attentes dans le contexte économique actuel. De plus, le communiqué était moins dovish que ce à quoi le marché s´attendait, malgré quelques changements le mois dernier. À retenir, le passage clé du communiqué : « Depuis [le rapport sur l´inflation de novembre], les données concernant les activités internationales ont globalement évolué comme prévu » ; ce qui suggère que la BoE reste sereine par rapport à la volatilité des marchés, et ne paraît pas affectée par les récentes perturbations en Chine.

Selon la BoE, la chute du prix du pétrole pourrait aussi soutenir la consommation au Royaume-Uni tandis que la récente dépréciation de la livre sterling pourrait réduire, dans une certaine mesure, la pression qui pèse sur l’inflation. Ces commentaires laissent penser qu’une augmentation des taux en 2016 est toujours possible, tant que les données sur les salaires ne faiblissent pas et que les marchés financiers retrouvent leur équilibre. Les niveaux actuels de la livre sterling par rapport à l’US Dollar et à l’euro sont une bonne occasion pour acheter du GBP.

EUR

En contraste avec les nouvelles de la banque d’Angleterre, le dernier communiqué de la Banque Centrale Européenne suggère la pression exercée par certains des décideurs pour réduire les taux d´intérêt et encore étendre le programme d’assouplissement quantitatif.

La récente volatilité sur les marchés nous laisse d’ailleurs penser que les nouvelles mesures au cours du premier semestre vont ramener l’euro vers la parité face à l’US dollar. L´économie européenne est jusqu´à présent passée outre les turbulences du marché. Cependant un affaiblissement de l’indice PMI manufacturier, qui sera publié cette semaine, mettra la pression sur la BCE pour une action rapide.

USD

La principale nouvelle de la semaine était la publication des chiffres des ventes de décembre aux Etats-Unis, très volatiles. Ces chiffres, pas vraiment exceptionnels, ont contribué à l’état de nervosité sur les marchés et à la baisse du marché actions américain.
Cependant, la révision des chiffres a été encourageante. Les chiffres de novembre ont été revus à la hausse et sont passés de 0,2 à 0,4 %.

Par ailleurs, la croissance annuelle des chiffres des ventes, qui n´inclut pas le marché automobile et l’essence, est à un bon 3,9 %.

Nous continuons à donner plus de crédit à la création d’emploi aux Etats-Unis qu´à tout autre indicateur et nous nous attendons à une croissance de 2-3 % de l’économie américaine pour 2016 tant que le marché de l’emploi continue à croître à 200 000 emplois net par mois.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.