Forte dépréciation du dollar suite aux annonces de la Réserve fédérale américaine

Enrique Díaz-Álvarez21/Mar/2016Actualités

En phase avec les mesures annoncés ces deux dernières semaines par les principales banques centrales, notamment la Banque Centrale Européenne (BCE), la Banque d’Angleterre (BoE), et la Banque du Japon (BoJ), la Réserve fédérale des États-Unis a préféré la prudence à l’issue de sa réunion mercredi dernier et a laissé ses taux inchangés. Les membres du comité de politique monétaire ont également revus à la baisse le nombre de hausses des taux pour 2016, plus que deux contre quatre en décembre dernier. Cette annonce a entraîné une forte dépréciation du dollar contre les principales devises, qui a fini la semaine à -1,5 %.

De nombreuses classes d’actifs ont bien accueilli ces annonces. On note ainsi le rallye des actions, des instruments de crédit et des matières premières. L’indice S&P 500 aux États-Unis a également recouvert l’ensemble de ses pertes depuis début 2016, apaisant les craintes de la Fed quant à la volatilité des marchés.

GBP

Au Royaume-Uni, le réunion de mars de la banque d’Angleterre n’a apporté que très peu d’informations supplémentaires. En effet, le Comité de politique monétaire a laissé son taux directeur ainsi que le montant de son programme de rachats d’actifs inchangés.

Le rapport sur le marché du travail indique que le celui-ci continue de se contracter sans pour autant entrainer une hausse des salaires. Le taux de chômage reste stable à 5,1 %, alors que le nombre de demandeurs d’emploi a reculé de 18 000, une baisse bien supérieure à celle attendue par les analystes.

Le gouvernement britannique a également présenté son budget annuel. Georges Osborne, le chancelier, a insisté pour que le gouvernement s’en tienne aux objectifs fixés et vise un excédent budgétaire d’ici 2020, sans pour autant procéder à des réductions de dépenses ou augmentations des impôts drastiques.

D’autre part, la livre sterling a profité du ton accommodant de la réunion de la BoE, s’appréciant de 1% face à ses pairs dans l’heure suivant la réunion.

EUR

Peu de nouvelles macroéconomiques majeures en zone euro la semaine dernière.

La production industrielle enregistre une hausse de 2,1 % en janvier. L’euro plus fort et la faible demande mondiale n’ont pas encore eu d’impact sur ces chiffres mais le bilan du premier trimestre devrait être moins bon. Globalement, l’euro a été soutenu par les annonces de la Fed, et s’est fortement apprécié face au dollar US, avoisinant son plus haut niveau depuis un an.

USD

Comme prévu, la Réserve fédérale a laissé ses taux directeurs inchangés entre 0,25% et 0,50% et prévoit désormais deux hausses de taux en 2016, et non plus quatre comme annoncé en décembre dernier. Un des membres du FOMC était cependant en faveur d’une hausse immédiate des taux.

C’est sur un ton neutre que le ralentissement économique mondial et la volatilité financière ont été abordés au cours de la conférence de presse, relativisant leur impact sur l’économie américaine en général. À retenir : Janet Yellen a indiqué, au cours de la traditionnelle session de questions-réponses, qu’une augmentation des taux pourrait intervenir au cours du mois d’avril, une remarque encore écartée par les marchés.

Deux hausses des taux sont maintenant prévues pour 2016, en phase avec le dot plot. Cependant, les marchés semblent prévoir un nombre moins élevé de hausses. Le dollar devrait être sous pression une fois que ces prévisions, peu réalistes, se rapprocheront de celles de la Fed. Toutefois, il est clair que la tendance à la hausse du dollar sera plus lente que nous l’avions prévu. Nous réviserons donc nos prévisions quant à la dépréciation de l’euro la semaine prochaine.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire pour ne rien rater de l’actualité du marché des devises.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.