L’euro en hausse face à un dollar US sous pression

Enrique Díaz-Álvarez03/May/2016Actualités

La Réserve Fédérale et la Banque du Japon n’ont mis en place aucune mesure la semaine dernière.

Le dollar US a dégringolé – seul le dollar Australien a cédé encore plus de terrain – et le yen s’est apprécié face à toutes les principales devises.

Le rallye du yen s’explique donc par la déception des marchés qui s’attendaient à ce que la BoJ prennent des mesures fortes pour arrêter l’appréciation de la devise. Par ailleurs, bien que la Fed ait répondu aux attentes des marchés, la faiblesse du dollar US peut être attribuée aux données économiques mitigées aux États-Unis.

De manière générale, de nombreuses entreprises semblent s’inquiéter de la récente volatilité et nous avons pu noter une forte augmentation des positions de couverture juste avant la réunion de la Fed mercredi dernier, comme cela est souvent le cas avant chaque évènement financier important ces derniers temps.

Après la réunion de la Réserve Fédérale, toute l’attention des marchés se porte maintenant sur les données d’ordre macroéconomique, sur lesquelles reposent la décision de la Fed d’augmenter ses taux en juin. Les investisseurs seront attentifs aux signes qui indiqueront que les écarts de performance entre la zone euro et les États-Unis se réduisent.

Le rapport sur les salaires qui sera publié ce vendredi sera un bon indicateur de la santé du marché du travail aux États-Unis, un indicateur d’autant plus important puisque seul deux de ces rapports, en comptant celui-là, seront publié avant la prochaine réunion de la Fed en juin.

GBP

L’incertitude totale sur le Brexit continue de dominer l’actualité au Royaume-Uni.

Cette incertitude semble se ressentir dans l’économie réelle. Le produit intérieur brut du Royaume-Uni a enregistré une croissance de 0,4% au premier trimestre, marquant ainsi un ralentissement par rapport aux trois derniers mois de 2015 (+0,6%).

Les indices PMI seront publiés ce jeudi et devraient montrer plus de résistance que ce à quoi s’attendent les marchés, et pourraient apporter du soutien au récent rallye de la livre sterling.

EUR

L´euro a connu un fort rallye face au dollar US la semaine dernière malgré une actualité économique mitigée en zone euro.

La croissance du premier trimestre est apparue bien meilleure que prévue, à 0,6 % non annualisé contre un consensus à seulement 0,4 %. Cependant l´inflation apparaît en léger recul, de nouveau en baisse en avril de -0,2 % sur l’année.

L’inflation reste la principale préoccupation de la Banque centrale européenne (BCE). Nous ne pouvons espérer un quelconque assouplissement de la politique monétaire tant que l’inflation ne s’approchera pas de l’objectif des 2 %.

Après la publication des données économiques et maintenant la réunion de la BCE passée, ce sont peut-être des facteurs politiques qui auront un impact sur l’euro. Les élections législatives en Espagne se tiendront trois jours après le référendum sur le Brexit. Le programme grec pourrait être revu à tout moment.

USD

La réunion de la Fed aux États-Unis la semaine dernière n’a apporté que peu d’informations quant au calendrier des hausses de taux. Aucune modification des taux n’a été annoncée, mais la Fed semble confiante quant à la résistance de l’économie américaine. La Réserve Fédérale a également fait référence aux risques sur l´économie mondiale et a mentionné les récents progrès sur l´emploi et la consommation.

Cette réunion laisse la porte ouverte à une hausse en juin même si cette dernière reste dépendante de la stabilité financière à l’échelle mondiale et d’un marché du travail solide aux États-Unis. Le prochain rapport sur les salaires sera publié ce vendredi et sera clé pour déterminer si la Fed augmentera ses taux en juin.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire pour ne rien rater de l’actualité du marché des devises.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.