Le dollar US rebondit malgré des indicateurs décevants aux USA

Enrique Díaz-Álvarez09/May/2016Actualités

La semaine dernière la volatilité des devises du G10 a semblé quelque peu déconnectée des indicateurs macro-économiques, notamment vendredi avec la publication des chiffres de l’emploi aux États-Unis. Malgré des chiffres inférieurs aux attentes, le dollar US a finit la semaine en hausse face aux devises européennes, aux devises des pays émergents et à celles liées aux matières premières.

Cette semaine pourrait être volatile avec la publication du rapport de la Banque d’Angleterre (BoE). Bien qu’aucune mesure ne devrait être mise en place, les investisseurs se focaliseront sur le compte rendu de la réunion et sur le rapport sur l’inflation.

Deux sujets continuent de préoccuper nos clients, à savoir : le maintien des cours de change EUR/USD à leurs niveaux actuels et la possible sortie du Royaume-Uni de l’UE.

GBP

L’actualité assez décevante au Royaume-Uni a entrainé une dépréciation notable de la livre sterling. Les chiffres des PMI ont tous enregistré une baisse, l’indice composite notamment, maintenant à 51,9, son plus bas depuis 3 ans. La confiance des entreprises semble donc pâtir des incertitudes liées au Brexit. La livre sterling, qui s’est plutôt bien maintenue, a clôturé à 0,5% de moins face à l’euro.

Les enjeux politiques et monétaires prennent donc le pas sur les questions macro-économiques. Il sera intéressant de voir quelle sera la réaction du Comité de politique monétaire de la Banque d’Angleterre face à cette faiblesse récente des chiffres et si le rapport sur l’inflation va à nouveau prévoir un dépassement de l’objectif de l’indice britannique des prix à la consommation (IPC) pour la période de prévisions de la BoE, comme cela avait déjà été le cas en février.

EUR

La prévision économique pessimiste de la Commission a mis fin au rallye de l’euro, qui s’est déprécié le reste de la semaine.

Les chiffres de la production industrielle seront publiés ce jeudi et la croissance du PIB au 1er trimestre sera revue ce vendredi. Nous nous attendons à ce que ces données soient cohérentes pour une croissance modérée et stable dans la zone euro. L’euro sera surtout sensible aux nouvelles économiques et politiques aux États Unis et au Royaume-Uni, ainsi qu’à la première révision aujourd’hui du programme grec.

USD

La semaine dernière, les chiffres sur l’état de l’emploi aux États-Unis ont déçus. Malgré l’augmentation du salaire horaire moyen de 2,5 % sur un an, les créations d’emplois ont nettement ralenti.

La clé maintenant est de savoir lequel de ces facteurs la Réserve Fédérale prendra en compte (l’augmentation des salaires ou la baisse des créations d’emplois) dans sa décision d’augmenter ou non son taux directeur en juin. Plusieurs membres du FOMC (Evans, Mester, Rosengren et George) prendront la parole cette semaine. D’ici la semaine prochaine, nous aurons une bien meilleure visibilité sur la possible augmentation des taux en juin ainsi que sur la direction que prendra le dollar US  sur le court terme, l’une des principales préoccupations de nos clients aujourd’hui.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire pour ne rien rater de l’actualité du marché des devises.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.