La Fed laisse la porte ouverte à une augmentation des taux en juin

Enrique Díaz-Álvarez23/May/2016Actualités

Sur le marché des devises, la Réserve Fédérale (Fed) joue un rôle moteur. Un décalage a longtemps subsisté entre le calendrier de la hausse des taux de la Fed et les prévisions des marchés. Publié mercredi dernier, le compte rendu de la réunion d’avril de la Fed indique que les responsables de la banque centrale souhaitent s’en tenir à leurs prévisions, allant ainsi à contre-courant des attentes du marché.

En réaction, le dollar US s’est apprécié face à toutes les principales devises sauf la livre sterling qui, avec la chute de la probabilité d’un Brexit, a rattrapé un mauvais début d’année. La livre n’est plus la devise ayant réalisé la pire performance de l’année 2016, qui est maintenant le peso mexicain.

Le mois de juin s’annonce volatile avec le référendum sur le Brexit, la réunion de la Fed en juin qui sera décisive, les élections en Espagne et la réunion de la Banque Centrale Européenne (BCE).

C’est donc sans surprise que nous notons l’intérêt de nos clients pour couvrir leur exposition en livre sterling et l´intérêt grandissant des vendeurs de dollar US qui veulent éviter toute volatilité entraîné par la prochaine réunion de la Fed.

GBP

Les données publiées la semaine dernière confirment l’absence de pression inflationniste au Royaume-Uni, malgré la tension du côté du marché du travail.

L’inflation est ressortie inférieure aux attentes, à 1,2 % sur l’année, et l’écart entre la hausse des salaires et l’inflation reste inchangé – un résultat assez positif, étant donné que les salaires réels sont en légère augmentation. Les ventes au détail sont l’autre point positif de la semaine, et nous continuons de penser qu’une fois la controverse sur le Brexit terminée, la croissance au Royaume-Uni pourrait se relancer au dessus des 2 % sur le court terme.

La livre sterling est toujours principalement influencée par les derniers sondages sur le référendum, qui indiquent que la majorité est en faveur du maintien du Royaume-Uni dans l’UE. Également, le taux de probabilité d’une sortie de l’UE du Royaume-Uni est maintenant à 18 %.

EUR

Contrairement au compte rendu de la Fed, celui de la BCE pour la réunion d’avril a été sans surprise et indique que les gouverneurs sont en accord au sujet la politique de la banque centrale. L’euro s’est, comme presque toutes les principales devises, déprécié face au dollar US.

Cette semaine, les indices PMI seront publiées. Ces indices, qui n’ont pas beaucoup évoluées en trois mois, ont enregistré une croissance stable aux alentours de 1,5-2 % en zone euro. Sans tendance haussière, la BCE devra se faire à l’idée que son programme d’assouplissement n’a pour le moment pas les effets escomptés.

USD

Publié mercredi dernier, le compte rendu de la réunion d’avril de la Fed a été très clair quant à la position des responsables de la banque centrale sur les augmentations des taux. La prochaine réunion en juin sera une réunion ouverte pour définir la seconde hausse des taux. Selon nous, un marché de l’emploi résilient sera un facteur clé qui influencera la décision de la Fed en juin.

Les attentes du marché concernant une hausse des taux sont passées de 4 à 30 % et nous pensons que ce pourcentage peut encore augmenter. Le dollar US souligne cette tendance, en ayant enregistré la semaine passée une hausse face à presque toutes les devises majeures à l’exception de la livre sterling.

Cette semaine, peu d’annonces macroéconomiques majeures aux États-Unis à paraître. Cette semaine devrait donc être calme, une bonne occasion pour couvrir une exposition sur le dollar US avant les évenements du mois de juin.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire pour ne rien rater de l’actualité du marché des devises.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.