Les meetings des banques centrales à venir devraient laisser place à un regain de volatilité sur les marchés

Enrique Díaz-Álvarez05/Sep/2016Actualités

Si le dollar a bien résisté malgré une légère baisse des chiffres de l’emploi aux États-Unis, la livre sterling a fortement progressé la semaine dernière. La surprise créée par les données positives publiées post-référendum sur le Brexit contraint les investisseurs à revoir leur prises de position baissières sur la livre et, pour l’heure, la devise britannique semble en passe de suivre une orientation haussière.

Tous les regards seront tournés vers les banques centrales en septembre, à commencer par cette semaine, avec un programme de réunions particulièrement chargé. Pas moins de quatre banques centrales du G10 se réunissent cette semaine : la Banque centrale européenne, la Reserve Bank australienne, la Banque du Canada et la Riksbank suédoise.

Bien entendu, la réunion de la BCE jeudi est de loin la plus importante. Aucune mesure n’est attendue, mais les marchés auront de nombreuses informations à ruminer, dont les révisions aux principales prévisions en matière d’inflation et de croissance et la conférence de presse du président Mario Draghi.

EUR

Les chiffres de l’inflation dans la zone euro ont de nouveau été décevants la semaine dernière. L’indice de base (qui exclut les produits alimentaires et l’énergie, composantes plus volatiles) a chuté pour atteindre 0,8 % sur 12 mois. Cet indicateur clé est resté bloqué à un niveau inférieur ou égal à 1 % tous les mois (sauf un) depuis 2013. Ces chiffres devraient accroître les pressions exercées sur la BCE pour qu’elle agisse. Bien que nous n’anticipions aucune mesure cette semaine de la part de cette institution caractérisée par sa relative inertie, nous pensons qu’elle fournira des indications claires dans ses communiqués quant à la probabilité d’un relèvement de l’objectif du programme d’assouplissement quantitatif cette année.

USD

Le rapport du mois d’août concernant l’emploi aux États-Unis a été légèrement décevant. Le chiffre global de 151 000 emplois nets créés est légèrement en deçà des prévisions. Toutefois, les révisions antérieures avaient plus ou moins compensé ce déficit. La relative faiblesse des salaires est plus significative, la hausse se limitant à 0,1 % sur le mois et à 2,4 % sur l’année. Par ailleurs, la durée hebdomadaire moyenne de travail a baissé et le chômage a progressé.

Dans la mesure où le chiffre global moyen sur trois mois demeure relativement élevé à 232 000 emplois par mois, nous pensons que ce rapport ne modifie pas fondamentalement les perspectives, mais il est susceptible de conforter l’opinion dovish du FOMC, raison pour laquelle nous anticipons désormais un report de la prochaine hausse des taux au mois de décembre. Cela étant, le discours concernant les perspectives économiques que prononcera mardi le président de la Fed de San Francisco M. Williams donnera une indication importante de la réaction de la Réserve fédérale aux derniers chiffres de l’emploi.

GBP

Les données macroéconomiques publiées cette semaine constitueront un test décisif pour le solide mouvement de reprise affiché par la livre sterling ces dernières semaines. Les marchés examineront l’indice PMI du mois d’août relatif aux services dans l’espoir d’une confirmation de la forte reprise observée chez ses homologues couvrant les secteurs manufacturier et de la construction.

Si les données créent elles aussi la surprise à la hausse, des pressions haussières supplémentaires s’exerceront sur la livre. Les traders détiennent encore des volumes record de positions courtes sur la livre, et un indicateur PMI supérieur à 50 (indiquant une expansion) pour le secteur des services pourrait contraindre un grand nombre d’entre eux à jeter l’éponge et à couvrir leurs positions.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire pour ne rien rater de l’actualité du marché des devises.

 

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.