La Fed augmentera-t-elle ses taux en décembre ?

Enrique Díaz-Álvarez17/Oct/2016Actualités

Les deux thèmes de la semaine dernière ont été l’apparente reprise du mouvement haussier du dollar face aux principales devises et, plus proche de nous, certains signes hésitants de stabilisation de la livre sterling, durement touchée récemment. En ce qui concerne le dollar, en l’absence de données majeures, les marchés se sont concentrés sur le communiqué du FOMC qui semble indiquer, pour ne pas dire garantir, une hausse des taux en décembre. Quant à la livre, les pressions à la vente ont quelque peu diminué face à l’euro, le consensus baissier sur la monnaie britannique ayant atteint des niveaux record, ce qui est parfois le signe qu’une tendance inverse se profile, du moins à court terme.

Hormis les principales devises, les mouvements les plus importants ont été enregistrés par le peso mexicain, qui a fortement rebondi suite à l’effondrement de Donald Trump dans les sondages, et par la couronne suédoise qui a fait l’objet d’un important mouvement de vente massive suite à la publication de chiffres de l’inflation étonnamment faibles.

Après deux semaines caractérisées par l’absence d’informations majeures, nous devrions assister à un feu d’artifice cette semaine suite à la publication d’une série de données et de communiqués de politique monétaire très importants. L’actualité sera dominée par la réunion de la Banque centrale européenne (BCE) jeudi, à l’issue de laquelle toute déclaration du président Mario Draghi qualifiant de prématurée une réduction progressive de la politique d’assouplissement quantitatif devrait peser sur l’euro. Les chiffres de l’inflation au Royaume-Uni, publiés mardi, donneront une première indication de la répercussion sur les prix de la dévaluation de la livre suite au Brexit. La réunion du comité de politique monétaire de la Banque du Canada, les chiffres de l’emploi australiens et la modification de la notation souveraine du Portugal complèteront une semaine chargée.

EUR

Peu de données ont été publiées la semaine dernière, à l’exception d’un chiffre atone concernant la production, établi, comme à son habitude, juste en deçà de 2 %. La réunion de la BCE prévue jeudi est beaucoup plus importante. Nous pensons que le président Mario Draghi rejettera avec force toute idée d’une réduction progressive des achats d’actifs, ce qui devrait peser sur l’euro. Il faut également signaler le retour sur le devant de la scène des pays périphériques de la zone euro. La note du Portugal sera revue par une agence de notation, et le risque qu’elle soit rétrogradée au statut spéculatif (Junk) entraînerait la perte, pour le pays, de tout accès aux divers programmes de la BCE. Le référendum italien de décembre sur les changements constitutionnels se rapproche, de même que la tentative de former enfin un gouvernement en Espagne après une année d’incertitude totale. Le contexte est donc plutôt défavorable à la monnaie unique selon nous.

USD

Les chiffres de l’inflation publiés mardi et le troisième et dernier débat des élections présidentielles mercredi pourraient venir alimenter encore davantage le mouvement de hausse du dollar. L’inflation pourrait créer la surprise à la hausse, les attentes des économistes ne reflétant pas entièrement, selon nous, la hausse récente des prix de l’énergie. Le débat devrait sonner le glas de la candidature de Trump qui, quoi qu’il arrive, semble avoir pris un retard trop important dans les sondages pour conserver ses chances à ce stade. Ensemble, ces facteurs devraient ouvrir la voie à un relèvement des taux de la Réserve fédérale (Fed) en novembre ou décembre cette année et 2 à 3 fois par an par la suite, des chiffres nettement plus élevés que ce que les marchés anticipent actuellement.

GBP

Malgré le maintien de la volatilité, la livre sterling a donné quelques signes encourageants de stabilisation cette semaine face aux devises européennes, même si elle les a accompagnées dans le mouvement généralisé de vente massive face au dollar américain. La semaine s’annonce riche en données. Mardi, les chiffres de l’inflation britannique de septembre seront publiés. Ils devraient selon nous dépasser les prévisions consensuelles, ce qui incitera les marchés à commencer à prendre en compte de nouvelles réductions des taux de la Banque d’Angleterre dans les cours. Ce facteur, ainsi que le niveau extrêmement faible de la livre actuellement et les niveaux record des prises de position courtes sur la monnaie britannique au sein des marchés devraient, selon nous, empêcher tout nouveau mouvement de vente massive de la livre sterling.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.