Forte chute de l’euro, rebond des devises des marchés émergents

Enrique Díaz-Álvarez24/Oct/2016Actualités

Les divergences dans les fondamentaux des devises et, plus précisément, les taux d’intérêt, jouent de nouveau un rôle moteur sur les marchés des changes. La réunion sans relief de la BCE a surtout servi à rappeler aux investisseurs qu’aucune perspective de resserrement de la politique de la BCE ne semble se profiler dans un avenir proche, alors que la Réserve fédérale se prépare de son côté à relever ses taux avant la fin de l’année. Cette prise de conscience a fait chuter l’euro à l’extrémité inférieure de la fourchette de 2016. Parallèlement, la livre sterling a repris des couleurs après sa récente stabilisation, affichant même un léger rebond face au dollar et une solide hausse face à l’euro.

Les vedettes de la semaine ont été incontestablement les devises des marchés émergents. Le real brésilien, le peso mexicain et le rand sud-africain ont tous progressé de 1 à 3 % face aux principales monnaies du G10. Ces monnaies devraient continuer à surperformer face à l’euro et la livre sterling, à la faveur d’une inflation maîtrisée et de taux réels élevés qui attirent les flux d’investissement.

EUR

Ce qu’il faut retenir de la réunion de la BCE la semaine dernière, c’est précisément qu’il n’y a rien à retenir. Le ralentissement progressif des achats d’obligations lorsque le programme actuel arrivera à échéance en mars 2017 n’a même pas été examiné, et le président Draghi a repoussé toutes les questions de fond à la réunion de décembre.

Cette semaine (lundi) seront publiés les principaux indicateurs PMI relatifs à la confiance des entreprises. Aucun changement n’est prévu, mais même un léger recul de l’indice composite marquerait la troisième baisse consécutive de cet indice en autant de mois et permettrait d’apaiser définitivement toute inquiétude concernant le ralentissement du programme de relance économique de la BCE.

L’absence de réaction du marché à deux évènements positifs survenus au sein de pays périphériques au cours du week-end (la formation probable d’un gouvernement en Espagne et la décision de l’agence DBRS de maintenir la note Investment Grade du Portugal ont eu peu d’impact sur les marchés des changes) prouve une nouvelle fois que les investisseurs se focalisent entièrement sur les divergences entre les politiques européennes et outre-Atlantique.

USD

La piètre performance de D. Trump lors du troisième et dernier débat semble avoir scellé le sort de sa candidature, des informations ayant été publiées ce week-end selon lesquelles même certains États d’ordinaire acquis aux Républicains comme le Texas pourraient basculer. Les regards se tournent à nouveau vers les données économiques. Les premiers chiffres concernant la croissance économique du troisième trimestre seront publiés vendredi. Selon nous, la croissance et les coûts de la main-d’œuvre devraient progresser dans une solide fourchette de 2 à 2,5 %, ce qui est exactement ce dont la Réserve fédérale a besoin pour relever ses taux lors de sa réunion de novembre ou de décembre. Nous sommes par conséquent confortés dans notre opinion selon laquelle le dollar devrait se raffermir au cours des prochains mois.

GBP

La poursuite de la hausse de l’inflation et l’absence de répercussion de cette inflation sur les salaires indiquée par les chiffres de l’emploi ont été les principales informations économiques émanant du Royaume-Uni la semaine dernière. Toutefois, les marchés des changes restent focalisés sur la politique et, en particulier, sur les perspectives d’un accord post-Brexit maintenant l’accès du Royaume-Uni au marché commun. Le gouverneur de la Banque d’Angleterre M. Carney sera entendu mardi par la Commission des affaires économiques de la Chambre des Lords, suivi mercredi du ministre en charge du Brexit David Jones. Les marchés seront à l’affût d’un assouplissement dans le discours des autorités, ce qui pourrait venir alimenter le rebond jusqu’à présent limité de la livre sterling.

Abonnez-vous gratuitement à notre newsletter hebdomadaire pour ne rien rater de l’actualité du marché des devises.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.