La livre sterling a surpris les marchés la semaine dernière

Enrique Díaz-Álvarez24/Jan/2017Actualités

La livre Sterling a surpris les marchés la semaine dernière. Elle s’est fortement appréciée après le discours le plus attendu de Theresa May depuis sa prise de fonction, ce fut le parfait exemple de “buy the rumor, sell the fact” sur les marchés financiers. En outre, La livre sterling a reçu un soutien supplémentaire plus tard dans la semaine grâce aux données sur l’inflation et les salaires au Royaume-Uni. Ceci a confirmé notre opinion que le prochain mouvement de la banque d’Angleterre devraient être en faveur d’une hausse de taux. Le dollar a eu une semaine contrastée, le dollar fut tiraillé entre les commentaires hawkish de de la présidente Yellen et les déclarations officieuses de Trump sur dollar jugé trop fort.

Le sous performeur de la semaine est le dollar Canadien, suite au ton extrêmement dovish de la banque du Canada. Lors de sa réunion, elle s’est inquiétée de l’effet négatif de l’incertitude et du protectionnisme de Trump sur l’économie canadienne.

Mardi nous attendons avec impatience la décision de la Cour Suprême du Royaume Uni qui statuera si le parlement britannique a un mot à dire concernant le Brexit et sur les détails de la politique économique de l’administration Trump.

GBP

Une série de fuites avait préparé les marchés à un discours extrêmement agressif de May sur la position du Royaume-Uni dans les négociations pour le Brexit. La fin du discours était légèrement plus conciliante que les marchés l’avaient prévue. Ceci, combiné à la position de consensus assez large qui a été établie contre la livre Sterling, et à son niveau objectivement bon marché, a amené les marchés à se couvrir de façon extrême sur une courte durée sur la livre Sterling. Les données de l’inflation et des salaires ont fourni encore une autre bonne surprise, ajoutant au sentiment que l’impact à court et à moyen terme de Brexit sera principalement imputable à la dépréciation de la monnaie et à son flux d’activité et de prix. Nous notons que l’inflation de base est maintenant à 1,6%, proche des cibles de la Banque d’Angleterre.

On peut s’attendre à ce que la forte croissance des salaires et la poursuite de la dépréciation de la monnaie, ainsi que les discussions sur les futures hausses de la Banque d’Angleterre continueront de faire monter l’inflation.

EUR

L’Euro est resté hors de notre radar dernièrement et a évolué dans une fourchette assez étroite. La dernière semaine n’a pas fait exception. Le discours de Draghi était généralement dovish. La BCE ne voit pas signe d’amélioration sur les indices principaux de l’inflation. Draghi introduit un nouveau paramètre dans les objectifs de la BCE. D’abord concentré sur l’inflation dans la zone euro, la BCE fera maintenant attention aux différentiels d’inflation entre les différents pays. Si l’impact de ces nouvelles moroses a été masqué par les plaintes d’un dollar trop fort, les différences dans les politiques monétaires entre les Etats-Unis et l’Europe demeurera au moins jusqu’en 2018.

USD

L’investiture de Trump a soulevé beaucoup d’indignation mais peu d’éclaircissement sur les politiques à mettre en place dans 3 domaines clés: la taxation, les infrastructures et le protectionnisme. Cette semaine, il y aura peu de publications de données économiques. On s’attend donc à ce que le marché se focalise sur les mesures spécifiques prises dans ces trois domaines. Les tweets de Trump continueront d’alimenter la volatilité sur les marchés financiers, et plus spécifiquement sur le marché des changes.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.