Les emportements de Trump contre ses partenaires commerciaux ont pesé sur le dollar

Enrique Díaz-Álvarez08/Feb/2017Actualités

La rhétorique brutale de la nouvelle administration de Trump a été constante depuis son inauguration. La semaine dernière les cibles ont changé, pendant que le Mexique était épargné, l’Allemagne était accusée par Trump de prendre l’avantage d’un euro “excessivement sous évalué”.

Le dollar a été aussi attaqué à travers les doutes croissants sur la capacité et la volonté de l’administration entrante de fournir le stimulus fiscal qu’elle a promis. Ces préoccupations ont  complètement éclipsé la réunion du FOMC plutôt bien maîtrisée ainsi que le rapport sur la masse salariale de vendredi.

Il y a eu peu d’actualité économique et politique la semaine prochaine. Attendez vous à ce que les marchés de changes soient guidés par les actualités politiques. L’accent sera toujours mis sur le fil d’actualité de Trump sur Twitter, ainsi que sur l’élection Présidentielle Française.  Exigera une attention croissante, en particulier si la candidate du Front national Le Pen montre toute tentative pour combler l’écart du nombre voix au second tour de la présidentielle.

GBP

Le meeting, Jeudi, de la banque centrale anglaise a mis fin au récent rallye de la Livre Serling. Les taux sont inchangés, comme initialement prévu. Cependant, la banque d’Angleterre a baissé le taux de chômage d’équilibre de 0,5 points, maintenant établi à 4,5%.
Cela laisse supposer que la tolérance de la Banque d’Angleterre pour des marchés financiers sous tension et les pressions inflationnistes pourraient être plus élevée que ce que nous pensions. Même si nous nous attendons encore à ce que le prochain mouvement des taux soit à la hausse, la première hausse ne se fera pas dans un futur proche.

Comme aux Etats-Unis, le début de la semaine prochaine se concentrera sur l’actualité politique. Le projet de loi sur l’article 50 devrait être approuvé mercredi à la Chambre des Communes.

EUR

L’inflation en Allemagne a augmenté et le chômage a chuté en janvier. Ces données confirment que l’assouplissement monétaire dans la zone euro a l’impact souhaité. Les politiques accommodantes poussent la croissance et l’emploi à un niveau plus élevé et font lentement remonter l’inflation vers l’objectif de la BCE. Cependant, nous ne nous attendons pas à une appréciation de l’euro tant que le conseil de la BCE ne prend pas en compte de cette amélioration, ce qu’il n’a pas encore fait jusqu’ici.
La semaine prochaine, dans la zone euro comme ailleurs la politique sera le sujet d’actualité.
La principale incertitude sera la présence de Marine Le Pen au second tour de l’élection Présidentielle. Macron semble être le favori des sondages, depuis les scandales sur Fillion. Cependant, le marché sous-estime les chances d’Hamon, le candidat socialiste Hamon.

USD

Le chômage a progressé de 0,1%, ce qui s’explique par une augmentation de 0,2% du taux de participation au marché du travail, ce qui est globalement un message positif sur le ralentissement de la population active. En marge, ce rapport suggère que les pressions inflationnistes aux États-Unis ne se construisent pas au rythme auquel nous nous attendions.
La semaine prochaine plusieurs conférenciers de la Réserve fédérale partageront le devant de la scène avec les déclarations et les actions toujours imprévisibles de l’Administration Trump. Comme toujours, nous recherchons des indications qui éclairent la nature, la taille et le calendrier des plans de relance et d’infrastructure promis.
Les marchés ont presque complètement ignoré les deux événements clés de la semaine dernière. La Réserve fédérale est sortie avec une déclaration légèrement hawkish qui a laissé la porte ouverte pour une probable hausse des taux directeurs lors de sa réunion de mars.
Concernant l’emploi en janvier, les données sont mitigées: 227.000 emplois créés contre 180.000 attendus, mais une croissance des salaires en déclin de 2,8% à 2,5%.
La semaine prochaine, plusieurs membres de la Réserve Fédérale vont partager leur point de vue sur les déclarations et les actions de l’administration Trump. Comme toujours, nous recherchons les signes comme la taille et une date d’application du stimulus fiscale, mais aussi toutes mesures économiques qui ont été promises.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.