Le marché des devises à la dérive dans l'attente des prochaines mesures de l'administration Trump

Enrique Díaz-Álvarez27/Mar/2017Actualités

Les marchés sont restés calmes la semaine dernière, toutes les devises du G10 mises à part le dollar australien et le yen japonais ayant varié de moins de 1% sur la semaine. Cette indécision s’est également étendue aux devises émergentes, notamment le rand sud africain et le réal brésilien pour lesquels nous avons observé des mouvements dans des directions totalement opposées sans aucune justification macroéconomique. Même les bons PMI de la zone euro Vendredi, et l’échec de Trump de révoquer la réforme de santé de Barack Obama n’ont pas suffi à sortir les traders de leur torpeur.

La réaction silencieuse face aux nouvelles économiques et politiques positives en zone euro indique que ces éléments sont déjà incorporés dans les cours de change par le marché. Les traders seront focalisés sur la capacité de l’administration Trump à reprendre le dessus sur la défaite de la semaine dernière et à réformer le système fiscal (moins probable cette année) ainsi que les dépenses d’infrastructure.
En plus des éléments politiques en provenance des Etats-Unis, notons cette semaine que les chiffres de l’inflation en zone euro seront publiés vendredi. Ces données constitueront le premier test face à l’optimisme des membres du board quant à la remontée progressive de l’inflation jusqu’à la valeur cible de 2%.

GBP

La hausse surprise de l’inflation la semaine dernière valide notre analyse du marché des taux d’intérêts qui selon nous sous estime grandement le risque d’une remontée des taux de la banque d’Angleterre d’ici fin 2017. L’inflation sous-jacente est déjà à 2% alors que le marché de l’emploi est serré et que la hausse des prix à l’import et la faiblesse de la livre n’ont pas encore fait leurs effets.

EUR

Les marchés ont largement ignoré la forte demande de liquidité des banques européennes auprès de la BCE lors de sa dernière opération de refinancement (LTRO). Plus de 233 milliards d’euros d’emprunts à faible taux d’intérêts ont été souscrits, sans toutefois signifier une remontée de l’appétit au risque des institutions financières en zone euro. A l’inverse, les indices de confiance PMI des entreprises étaient clairement positifs et sans ambiguïté, en hausse à un niveau de 56,5 en accord avec l’accélération de la croissance en zone euro aux alentours des 2,5%. Les chiffres du PIB au premier trimestre 2017 seront à surveiller de près afin d’observer si la confiance des entreprises se traduit par une hausse des investissements. La semaine à venir est calme en terme de données macroéconomiques en zone euro, et les mouvements viendront donc d’annonces hors eurozone.

USD

Après l’échec désastreux des efforts républicains pour “abroger et remplacer” la réforme sur les soins de santé d’Obama la semaine dernière, les promesses de Trump concernant son plan de dépenses pour les infrastructures ainsi que sa réduction des taxes sont plus incertaines que jamais. Les données macroéconomiques à venir ne devraient pas surprendre et les marchés monétaires resteront fixés sur le calendrier politique américain et, en particulier, sur les tensions républicaines internes et sur les propositions de réformes fiscales et de réductions de l’administration Trump.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.