Comme les sondages l'annonçaient, Macron l'europhile a remporté l'élection présidentielle devant Le Pen

Enrique Díaz-Álvarez10/May/2017Actualités

Comme attendu par le consensus et prévu par les sondages, Macron remporte largement le second tour des élections présidentielles en France, face à l’eurosceptique Marine Le Pen. Le classement final était encore plus déséquilibré que ce qu’avaient prévu les sondages, donnant au candidat centriste une avance considérable de 32 points sur son adversaire. Le manque de réaction sur le marché des devises, notamment en Asie où l’ouverture a eu lieu juste après les résultats, nous montre que les traders et investisseurs avaient déjà anticipé les résultats.

L’Euro est la devise du G10 qui a le mieux performé la semaine dernière, les investisseurs ayant évalué que la victoire de Le Pen était la dernière de leurs préoccupations. Le Dollar a terminé la semaine de façon stable, alors que les rendements du trésor ont augmenté après un solide rapport sur les salaires aux États-Unis et un communiqué optimiste de la Réserve Fédérale. Un perdant notable cette semaine est le Dollar australien, sous pression après la baisse du prix du minerai de fer.

La semaine prochaine, deux événements devraient s’avérer essentiels pour le marché des changes. Aux États-Unis, les données sur l’inflation pour avril nous indiqueront si la baisse surprise de mars est due à des facteurs temporaires. Si tel est le cas, nous pourrions voir un fort rebond du Dollar alors que les prévisions concernant une prochaine remontée des taux directeurs aux États-Unis continuent d’augmenter. En outre, la réunion de la Banque d’Angleterre jeudi pourrait être favorable à la Livre Sterling si un autre membre du Comité de Politique Monétaire se joint à Kristin Forbes dans son désir de remontée immédiate des taux au Royaume-Uni.

GBP

Les solides chiffres sur les PMI des entreprises de la semaine dernière ont renforcé la Livre et ont permis de dissiper les doutes survenus durant le dernier trimestre suite aux données de croissance en demi-teinte. Toutefois, ces bons indicateurs ne suffisent pas à effacer le pessimisme lié aux négociations sur les conditions de sortie de l’U.E. Finalement la Livre pourrait finir la semaine à un niveau plutôt stable, se maintenant dans la fourchette haute de ses niveaux post-Brexit.

Les yeux sont maintenant rivés sur le meeting de Banque d’Angleterre en mai. On s’attend à ce que les prévisions de croissance soient revues à la baisse et les prévisions d’inflation à la hausse. L’effet direct sur la Livre Sterling devrait être minime alors que l’on s’attend à plus de réactions suite à des événements extérieurs, comme les chiffres d’inflation aux États-Unis vendredi.

EUR

En l’absence de nouvelles économiques ou monétaires majeures en zone Euro, les investisseurs ont anticipé la victoire annoncée de Macron et l’Euro s’est renforcé face aux principales devises internationales. Il devrait en être de même pour la semaine à venir : comme pour la Livre Sterling, les chiffres de l’inflation aux Etats-Unis devraient être le principal événement de la semaine. On note que la monnaie unique s’échange à des niveaux bien supérieurs à ceux que les données économiques justifient et risque de se dévaluer contre le billet vert en cas de bons chiffres outre-Atlantique.

USD

 

Une semaine très animée outre-Atlantique a confirmé le rebond de l’économie américaine après le ralentissement du premier trimestre 2017. Mercredi, la Fed a annoncé son envie de regarder au-delà de cette période “de transition” en indiquant que les objectifs d’inflation sont presque atteints. Kashkari, jusque-là en désaccord avec l’agressivité des autres membres, a rejoint le camp en faveur d’une hausse prochaine des taux directeurs. La Fed devrait donc augmenter ses taux pour la deuxième fois de l’année au mois de juin et apporter un important support au Dollar. En outre les très bons chiffres de l’emploi aux États-Unis renforcent cette hypothèse : le chômage a reculé de 0,2% en avril et alors que le plein emploi semble proche, une probable hausse des salaires supporterait l’inflation et la probabilité d’une montée des taux dès juin.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.