A cause d'un calendrier économique léger et dans l'attente des résultats de l'inflation, les monnaies ont peu bougé la semaine dernière

Enrique Díaz-Álvarez26/Jun/2017Actualités

La semaine dernière, il y a eu peu de mouvement sur le marché des changes, toutes les devises du G10 ont clôturé la semaine dans une marge de variation de plus ou moins 1% par rapport au niveau de la semaine passée. Sur le cross EUR USD, la récente fluctuation entre 1,11 à 1,13 s’est poursuivie. Même la Livre Sterling a peu fluctué suite au discours plutôt hawkish de Haldane, généralement dovish, qui a contredit le gouverneur Carney de façon assez brutale en déclarant qu’une hausse de taux était «rapidement» nécessaire.

En dehors du G10, le mouvement le plus important s’est fait sur le rouble russe, qui a glissé de plus de 3% par rapport au dollar alors que les prix du pétrole continuent de baisser et la banque centrale russe se ravit de la situation.

Les facteurs majeurs de variation du marché des devises sont passés de l’activité et de l’emploi à l’inflation et aux salaires. Il est clair que les banques centrales supprimeront leur politique accommodante si et seulement si l’inflation montre des signes clairs d’augmentation soutenue par rapport à leurs objectifs. Par conséquent, vendredi prochain devrait être une journée inhabituellement volatile pour les marchés monétaires, car nous obtiendrons les données préliminaires sur l’inflation de la zone euro dans la matinée et ensuite le déflateur de dépenses de consommation personnelle aux États-Unis dans l’après-midi.

GBP

Notre prévision, ou la possibilité d’une hausse de taux anticipée par la Banque d’Angleterre avant la fin 2017, a reçu un appui important de Haldane. En déclarant “qu’un retrait partiel, relativement tôt, de la politique mise en place par le Comité de Politique Monétaire l’année dernière, serait prudent », il s’est mis directement du côté du Comité hawkish. Cela signifie qu’il y aura au moins trois voies en faveur d’une hausse de taux lors de la prochaine réunion de la Banque Centrale, et les marchés commencent à se préparer pour une hausse en automne. Cependant, selon les marchés des taux d’intérêt, la probabilité d’une hausse en septembre est encore considérablement inférieure à 30%, ce qui, à notre avis, ne concorde pas avec le niveau actuel d’inflation proche des 3%.

La livre reste stable pour le moment, tiraillée dans des directions opposées entre une prochaine hausse de taux et l’incertitude politique ainsi que les négociations du Brexit.

EUR

Les données majeures de la semaine dernière, les indices PMI des activités commerciales, ont montré un recul par rapport aux niveaux records, mais sont toujours compatibles avec une croissance de la zone euro supérieure à 2%.Comme nous l’avons mentionné plus tôt, c’est maintenant l’inflation qui prend le devant de la scène par rapport à la croissance et qui est la donnée cruciale attendue par les banques centrales. Étant donné que la zone euro affiche maintenant des niveaux d’activité économique raisonnables, la décision clé de savoir quand et à quelle vitesse mettre fin à la politique monétaire accommodante dépend de la vitesse à laquelle l’inflation atteint les objectifs de la BCE. Les données de l’inflation de vendredi apparaissent donc comme l’événement le plus critique de l’euro au cours des prochaines semaines.

USD

La semaine passée, le calendrier économique aux USA fut très léger. Cependant, les données sur le logement étaient en grande partie plus fortes que prévu, les ventes de logements existants et les ventes de logements neufs dépassent les prévisions du marché.

Cette semaine sera dominée par la publication des données de dépenses de consommation personnelle vendredi. Cette dernière est la mesure la plus scrutée de la Réserve fédérale américaine au regard des niveaux d’inflation sur l’économie américaine. Avec des attentes autour de 1,7% à 1,5%, chaque donnée en ce sens pourrait être très positive pour l’US dollar.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.