Le dollar a rebondi grâce à de bons chiffres sur l'emploi

Enrique Díaz-Álvarez07/Aug/2017Actualités

Après 6 semaines d’intense baisse, le dollar s’est finalement stabilisé la semaine dernière face à l’euro et s’est même renforcé de manière notoire face à toutes les autres devises majeures.
La semaine dernière, le marché des devises a démarré sur le thème de la fragilité du dollar, jusqu’à vendredi après-midi, quand un rapport sur l’emploi américain très solide, a stoppé la déroute. Le dollar a entrepris une remontée impressionnante vendredi après-midi alors que les vendeurs fermaient leurs positions. La livre sterling était de son côté à la traîne parmi les devises européennes, puisque ce que la banque centrale est resté inactive et a fourni peu d’indications concernant sa politique monétaire future.

Le risque d’incident est en général plus bas en août. Il y a en effet peu d’annonces critiques concernant la politique monétaire jusqu’à la conférence de banquiers centraux de Jackson Hole du 24 au 26 août. Les marchés vont se recentrer sur les facteurs techniques pendant les 2 ou 3 prochaines semaines. Dans ce contexte, la spéculation à la hausse sur l’euro pourrait peser sur la stabilité de la monnaie unique.

GBP

Il n’y a pas eu de surprise concernant la décision de la banque centrale d’Angleterre de maintenir ses taux inchangés. L’équilibre entre les « hawkish » et les « dovish » reste le même, à 6 contre 2.
Cependant, les marchés ont perçu un ton hawkish durant la conférence de presse de Mark Carney. Nous notons que Carney a réitéré son désaccord avec la prévision des marchés qui estiment qu’il n’y aura pas de hausse de taux dans le future proche. La réaction négative de la livre semble excessive, particulièrement contre l’euro.

Avec uniquement des données économiques d’importance moyenne publiées cette semaine, les mouvements de la livre devraient être dictés majoritairement par le dollar et l’analyse technique. Comme pour l’euro, un rééquilibrage des nombreuses positions spéculatives pourrait impacter la livre et favoriser son appréciation.

EUR

La semaine dernière, la monnaie unique a encore une fois atteint des plus hauts. Les données économiques sont sortis en hausse et ont même dépassé les attentes. L’emploi continue de croître, tandis que l’inflation augmente légèrement et la croissance du second trimestre fut publiée à 2,1% annualisée, le plus haut niveau depuis le début de la crise financière. En l’absence de données économiques cette semaine dans la zone euro, seuls de potentiels évènements outre Atlantique devraient impacter l’euro.

USD

La dépréciation du dollar s’est finalement arrêté après la publication de solides chiffres sur l’emploi. Les données sur la création d’emplois, la croissance des salaires, le chômage et le taux de participation sont sortis meilleurs que prévus. Certaines publications récentes (comme les commandes de bien durables) ont surpris les investisseurs et ont entraîné une appréciation du dollar. La faiblesse relative de l’inflation reste le seul obstacle à une hausse de taux en 2017. Les prix à la consommation de juin publiés vendredi prochain seront peut être le seul temps fort de cette calme semaine d’été. Alors qu’aucun économiste ne s’attend à une augmentation mensuelle de plus de 0.2% dans les prix à la consommation, une surprise à la hausse de l’inflation pourrait avoir un impact significatif sur le marché du dollar.

Print

Écrit par Enrique Díaz-Álvarez

Directeur des risques chez Ebury, Enrique est responsable de la direction stratégique et de l’analyse du marché des devises. Enrique est considéré par Bloomberg comme l’un des meilleurs prévisionnistes forex.