Le dollar recule alors que les ventes massives sur les marchés obligataires continuent

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

16 September 2019

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

Les marchés financiers mondiaux restent concentrés sur la correction majeure des marchés obligataires. Le rendement du Trésor américain à 10 ans a augmenté de près de 0,50% par rapport à début septembre. Les achats paniques liés à la perspective d’un ajustement sans fin de la banque centrale a ramené les rendements à environ 1,5%. La prise de conscience qu’une récession mondiale n’est pas imminente a transformé les achats panique d’obligations d’État en une vente panique. Comme d’habitude lorsque les rendements montent en flèche, le yen a nettement sous-performé. Le dollar n’a pas profité de manière significative du différentiel plus élevé entre les rendements américains et européens, ni de l’assouplissement quantitatif annoncé par la BCE. Les devises des marchés émergents ont elles surperformé la semaine dernière.

Cette semaine, les marchés se tourneront vers les réunions des banques centrales pour s’orienter. En plus de la Banque du Japon, la Réserve fédérale américaine se réunit mercredi, les marchés prévoyant une baisse de 25 points de base presque à coup sûr. La Banque d’Angleterre se réunira jeudi, mais nous ne prévoyons aucune nouvelle susceptible de faire bouger les marchés. Les données d’inflation en provenance du Royaume-Uni et du Japon viendront compléter la semaine.

GBP

La livre sterling continue de grimper en même temps que les perspectives d’un Brexit sans accord se dissipent. Le parlement a adopté une loi obligeant le gouvernement à demander une prolongation plutôt que de faire face à un Brexit sans accord. Les bookmakers placent désormais la probabilité d’un hard Brexit à environ 20%, soit une baisse de près de moitié par rapport au sommet il y a quelques semaines. Notre analyse selon laquelle aucune solution liée au problème du Brexit n’est possible sans une élection générale semble être le scénario central à présent. Les données économiques continuent de défier les attentes d’un effondrement de confiance induit par le Brexit. Étant donné que les chances de no-deals s’amenuisent, nous pensons qu’il est tout à fait probable que la hausse de la livre se poursuive au cours des prochaines semaines. Nous nous attendons à ce que la Banque d’Angleterre s’en tienne à sa récente position et ne donne que peu d’informations sur sa politique monétaire, en attendant l’issue des négociations sur le Brexit.

EUR

La réunion de la BCE a livré des résultats contrastés. La BCE a comme prévu abaissé son taux de dépôt de 0,1% et a annoncé le retour de l’assouplissement quantitatif pour 20 milliards d’euros d’obligations par mois sans date de fin pour soutenir l’inflation. Cependant, ces chiffres sont en dessous des attentes. Il y a une résistance considérable de la part des membres du conseil “Hawkish”, les marchés ont cependant décidé de se focaliser dessus, ce qui a permis à l’euro de monter en flèche après la réunion de la BCE. Le limite pour engager d’autres mesures d’assouplissement quantitatif est probablement très éloignées actuellement. Cela semble être positif pour l’euro, surtout si les rumeurs concernant un assouplissement budgétaire se concrétise par un stimulus significatif.

USD

L’inexorable hausse des rendements aux Etat-Unis a rapidement dépassé toutes les autres obligations souveraines du G10 et a aidé au renforcement du dollar. La réunion de la FED qui a lieu ce mercredi pourra s’avérer tendue suite au rapport de l’inflation la semaine dernière qui montre une croissance notable. L’indice d’inflation de référence (excluant les composantes volatiles que sont les produits alimentaires non transformés et l’énergie) est au dessus des objectifs de la FED depuis maintenant 18 mois et il est désormais au plus depuis la crise financière de 2008-2009. Alors qu’une baisse des taux semble être une évidence, l’ampleur de cette tendance haussière de l’inflation donne des munitions aux membres “Hawkish” de la FOMC et sera donc la clé de la réunion.

SHARE