Le dollar reprend du poil de la bête grâce aux mesures de relance de la Fed

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

24 March 2020

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

Le dollar reprend du poil de la bête grâce aux mesures de relance de la Fed, les cas américains de contamination se multiplient

La principale tendance du marché des changes hier s’est poursuivie jusqu’à mardi, le dollar américain s’étant replié par rapport à la plupart des devises des marchés principaux et émergents.

L’EUR/USD s’est remis de ses creux pluriannuels pour l’instant et se négocie actuellement au-dessus du niveau de 1,08, tandis que l’USD/GBP a passé la majeure partie de la journée au nord de la barre des 1,17 après être passé hier sous les 1,15. La raison du retracement du dollar américain est à notre avis, double. Premièrement, le nombre de cas du virus COVID-19 a fortement augmenté aux États-Unis au cours des derniers jours. Les États-Unis sont maintenant le troisième pays le plus touché au monde, en grande partie en raison de la forte augmentation de la disponibilité des tests.

Selon les dernières données de Worldometers, un peu plus de 46 000 cas de virus ont été confirmés aux États-Unis (environ 12 % du total mondial), dont près de la moitié dans l’état de New York. Le rythme de croissance des nouveaux cas quotidiens aux États-Unis a doublé au cours des deux derniers jours par rapport à la période précédente de deux jours, ce qui a servi de catalyseur aux investisseurs pour dénouer certains de leurs paris à long terme sur le dollar.

L’annonce de relance sans précédent faite lundi par la Réserve fédérale a également stoppé la hausse du dollar dans sa course. La Fed a annoncé hier qu’elle allait acheter 250 milliards de dollars de titres adossés à des créances hypothécaires et 375 milliards de dollars de titres du Trésor américain cette semaine, tout en réintroduisant une facilité de prêt de titres adossés à des actifs à terme afin de soutenir l’endettement des consommateurs et des entreprises. En outre, elle a annoncé que son programme d’assouplissement quantitatif, qui a été relancé la semaine dernière, se déroulant sans limite. Si ce programme global devrait contribuer à soutenir les actions et à faire baisser les rendements des obligations du Trésor, il a apaisé les craintes d’une crise de financement en dollars sur le marché, ce qui a sapé l’appétit pour le billet vert.

Sur les marchés d’actions, l’indice Dow Jones a augmenté d’environ 7 % à l’ouverture des marchés aujourd’hui, dans l’espoir que le plan de relance économique du gouvernement américain (jusqu’à 2 000 milliards de dollars) soit sur le point d’être adopté – il pourrait même passer au Congrès, plus tard dans la journée. Reste à voir si ce plan de grande envergure suffira à soulager les actions, même si c’est peu probable.

Malgré les efforts de la Réserve fédérale et du gouvernement américain, nous pensons qu’une récession américaine et même mondiale est inévitable cette année. Les données du PMI américain de cet après-midi ont donné un aperçu de ce qui va se passer. L’indice composite de Markit a chuté à seulement 40,5 en mars, suite à une baisse monstrueuse de l’activité des services qui a plus que masqué une hausse de l’industrie manufacturière.

Selon Chris Williamson, économiste en chef de Markit, “les entreprises américaines ont signalé en mars le plus fort ralentissement depuis 2009, alors que les mesures visant à limiter l’épidémie de Covid-19 ont touché les entreprises de tout le pays. Le secteur des services a été particulièrement touché, les industries tournées vers les consommateurs, telles que les restaurants, les bars et les hôtels, étant les plus touchées par les mesures de distanciation sociale, tandis que les voyages et le tourisme ont été décimés”.

SHARE