Les espoirs d’une reprise économique rapide entraînent une forte reprise des marchés émergents

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

8 June 2020

Written by
Enrique Diaz-Alvarez

Directeur des risques

Le rebond implacable des actifs à risque dans le monde entier depuis les creux de mars s’est accéléré la semaine dernière grâce à de bonnes surprises économiques dans le monde. Le rapport sur les salaires aux États-Unis était très attendu et montre que le marché du travail a rebondi. L’indice PMI chinois de l’activité de services a rebondi à des niveaux clairement expansionnistes et mérite également l’attention. La plupart des marchés boursiers du monde entier ont progressé de 5 à 10% au cours de la semaine.

Les devises des marchés émergents et celles du G10 dépendantes des matières premières ont toutes rejoint les festivités en affichant des gains importants. Les valeurs refuges comme le yen, le franc suisse et le dollar ont souffert. Le real brésilien mérite une mention spéciale, en tête des graphiques la semaine dernière avec un gain extraordinaire de 7% par rapport au dollar américain. La livre turque a été la monnaie la moins performante des principaux marchés émergents avec une baisse de 1% par rapport au dollar américain. Malgré un environnement positif, les investisseurs s’inquiètent de la fragilité du système financier turc et de sa dépendance vis-à-vis des flux étrangers.

Cette semaine, l’accent sera mis sur les événements aux États-Unis. Bien que les manifestations semblent avoir eu peu d’impact sur les marchés, la réunion de la Réserve fédérale de mercredi permettra de comprendre comment les responsables de la Fed réagissent aux nouvelles économiques meilleures que prévu, en particulier le rapport sur les emplois de la semaine dernière. Sur le plan économique, nous pensons que les chiffres de l’inflation publiés mardi pourraient surprendre les marchés à la hausse, puisque les revenus américains ont grimpé en flèche pendant la crise alors que les contraintes d’approvisionnement limitent les dépenses. La réaction du marché des changes à un tel événement est cependant difficile à prévoir.

GBP
Heureusement pour la livre sterling, les marchés se concentrent jusqu’à présent davantage sur l’environnement de plus en plus favorable aux actifs à risque et sur les perspectives de reprise économique rapide que sur les négociations de Brexit, qui, une fois de plus, semblent mener nulle part. La livre a également été aidée la semaine dernière par les commentaires des responsables de la Banque d’Angleterre qui ont minimisé la possibilité de taux d’intérêt négatifs au Royaume-Uni. Cette semaine, nous nous attendons à voir des données du PIB d’avril peu réjouissantes, mais les marchés les considéreront probablement comme dépassées compte tenu des rapides rebonds observés ailleurs.

EUR
La BCE a décidé d’augmenter son programme d’achat d’obligations PEPP encore plus que prévu (600 milliards d’euros, nos prévisions étaient de 500 milliards d’euros). Cela a créé un environnement de quasi-euphorie dans les obligations souveraines périphériques, et les écarts de taux diminuent rapidement. L’euro a bénéficié de ce programme et de la révision à la hausse des indices PMI de l’activité des entreprises en mai et d’un taux de chômage meilleur que prévu. Selon nous les mesures de la BCE excluent la possibilité d’une nouvelle crise de l’euro, nous nous attendons donc à ce que le rebond de la monnaie unique se poursuive au cours des prochaines semaines.

USD
Alors que d’autres nouvelles macroéconomiques ont également été positives, le rapport sur la masse salariale des États-Unis pour mai a été le principal événement de la semaine. L’économie américaine a créé 2,5 millions d’emplois le mois dernier, alors que les économistes s’attendaient en moyenne, à une perte de 7,5 millions. Le chômage s’est également amélioré à 13,3%. Bien que l’image que l’on retiendra du mois de mai soit encore sombre à bien des égards, le rapport signifie qu’une reprise en forme de V de la crise est maintenant un scénario plus probable, et les marchés financiers ont naturellement célébré la nouvelle vendredi. Nous serons très attentifs à la réaction des responsables de la Réserve fédérale à ces nouvelles lors de leur réunion de juin, mercredi.

SHARE