Les principales devises rebondissent alors que de bonnes données économiques compensent les craintes du covid-19 aux Etats-Unis.

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

6 July 2020

Written by
Enrique Diaz-Alvarez

Directeur des risques

Les actifs à risque du monde entier continuent de s’échanger sans schéma directionnel clair, alors que les actions, le crédit et le pétrole rebondissent autour des niveaux actuels. Les nouvelles économiques concernant la plupart des grandes zones monétaires continuent de surprendre à la hausse. La dernière vague de bonnes nouvelles provient du rapport sur l’emploi de juin aux États-Unis. Cet optimisme est contrebalancé par les sinistres nouvelles de contagion en provenance des États-Unis, où le nombre de nouveaux cas continue d’augmenter chaque jour. Les mesures de réouverture ont été repoussées dans de nombreux États, mais heureusement les décès dus au virus n’augmentent pas massivement pour l’instant.

Les devises du G10, avec en tête la couronne norvégienne, ont ouvert la voie de la hausse, rejointes par celles d’Amérique latine comme le peso colombien. Ce dernier avait été fortement meurtri depuis le début de la pandémie et il semble que les traders commencent à y voir une certaine valeur. Le perdant de la semaine a été le rouble russe, victime de nouvelles sanctions américaines et du paiement massif de dividendes par Rosneft.

La semaine prochaine sera relativement calme en termes de données économiques. Les marchés se concentreront sur les chiffres quotidiens du covid-19 aux États-Unis et sur les indicateurs de l’activité économique, en particulier les données hebdomadaires sur le chômage.

GBP
L’optimisme concernant l’assouplissement progressif des mesures de confinement aux États-Unis l’a emporté sur les inquiétudes concernant le Brexit la semaine dernière, soutenant la livre sterling à la fois contre l’euro et le dollar américain. Avec peu de données cette semaine, nous nous attendons à ce que la livre sterling reste dans sa moyenne. À moyen terme, cependant, nous prévoyons que la livre sterling se portera plutôt bien. En effet l’économie continue de rebondir et les marchés sont convaincus que les mesures de confinement locales n’auront pas d’effet significatif sur la reprise.

EUR
Les données économiques dans la zone euro continuent de dépasser les attentes. L’indice PMI de l’activité des entreprises a augmenté plus que prévu en juin, à 48,5. Il est important de rappeler qu’un chiffre inférieur à 50 traduit historiquement une contraction continue des marchés, mais il est probable que les variations massives de ces derniers mois ont rendu les niveaux absolus de cet indice moins pertinent. Il faudra attendre la publication des chiffres de production et de vente du mois de juin pour avoir une idée plus précise de l’état de la reprise. Comme nous nous y attendions, le parlement allemand a soutenu la BCE dans son litige avec les juges constitutionnels allemands, les spreads continuent de baisser en réponse à ce dénouement. Une série de réunions politiques de haute importance (Eurogroupe et ECOFIN) devraient renforcer cet optimisme cette semaine, et nous tablons sur la possibilité d’une hausse de l’euro.

USD
Le rapport de juin sur les salaires a réservé une autre surprise positive pour les marchés. Le mois de juin a vu la reprise de 4,8 millions d’emplois supplémentaires, bien au-delà des attentes, et le chiffre de mai a été révisé à la hausse à 2,7 millions. L’optimisme concernant ces chiffres a été quelque peu tempéré par le fait que ces rapports se concluent en milieu de mois, et ne reflètent donc pas encore la hausse du nombre d’infections et le renversement des mesures de réouverture dans certains États intervenus plus tard dans le mois. Nous n’avons pas encore vu le dollar américain réagir fortement aux tendances négatives de la contagion du covid-19 aux États-Unis. L’interaction entre le double rôle du dollar en tant que valeur refuge et indicateur de la santé de l’économie américaine, va certainement dominer les échanges commerciaux au cours de cet d’été.

SHARE