L’euro dépasse les 1,11 : qu’est-ce qui entraine cette forte hausse ?

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

1 June 2020

Written by
Augustin Doittau

FX Corporate Dealer

L’euro s’est renforcé ces derniers jours, atteignant son plus haut niveau depuis plus de deux mois autour de 1,11 par rapport au dollar.

C
omme nous l’avons mentionné hier dans notre rapport, la monnaie unique a été soutenue par l’annonce d’un fonds commun de l’UE de 750 milliards d’euros, qui devrait permettre d’accorder des subventions et des prêts aux pays les plus touchés par la pandémie. Nous avons mentionné ces dernières semaines qu’une reprise plus soutenue de l’euro était à prévoir, et c’est exactement ce qu’il s’est passé (en particulier par rapport au dollar).

Le plan de soutien a suscité l’optimisme quant à une reprise dans la zone euro. Malheureusement nous continuons de constater une dichotomie à la fois dans la propagation du virus et dans la résilience économique entre les États-Unis et l’Europe. Les nouveaux cas quotidiens de virus continuent de diminuer en Europe, tout en restant élevés aux États-Unis.

Pendant ce temps, le marché du travail américain continue de supprimer des emplois à un rythme important, tandis qu’en Europe le chômage n’augmente que très légèrement. Deux millions d’américains supplémentaires sont au chômage depuis la semaine dernière, ce qui porte le total à 40 millions depuis le début de la crise (environ 25 % de la population active totale). Une révision à la baisse des données du PIB américain pour le premier trimestre (-5% par rapport à l’estimation initiale de -4,8%), des baisses massives des commandes de biens durables ainsi que des ventes de maisons en avril n’ont pas grandement aider le dollar hier.

Un test important pour la paire EUR/USD sera la réunion de la BCE la semaine prochaine. Nous pensons que la banque va annoncer une augmentation de son programme d’achat en cas de pandémie, ce qui pourrait (quelque peu paradoxalement) apporter un soutien supplémentaire à la monnaie unique.

Saunders fait allusion aux taux d’intérêt négatifs du Royaume-Uni

La livre sterling s’est également redressée face à un dollar globalement plus faible jeudi, bien que ses gains aient été contenus à environ un demi pour cent.

Il reste un certain nombre d’obstacles qui empêchent une hausse plus soutenue de la livre : les prix du marché avec des taux d’intérêt négatifs de la Banque d’Angleterre, l’incertitude du Brexit et l’accumulation croissante de la dette du Royaume-Uni aggravée par le programme de mise à pied du gouvernement. Michael Saunders, membre du Monetary Policy Committee, a commenté le premier en avertissant que de nouvelles réductions de taux pourraient être mises en place. Il a déclaré qu’il serait préférable pour la banque d’injecter trop de stimulus dans l’économie britannique plutôt que pas assez étant donné la gravité de la menace économique posée par le virus.

En l’absence de données économiques majeures en provenance du Royaume-Uni aujourd’hui, la livre pourrait être impactée par des événements qui se produisent ailleurs.

SHARE