La livre sterling atteint son plus bas niveau depuis deux semaines, alors que le sentiment du marché se détériore

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

22 April 2020

Written by
Bran Thévenet

External Relationship Manager chez Ebury

La livre a été fragilisée par un changement de sentiment des marchés mardi, tombant à son plus bas niveau en deux semaines par rapport au dollar, dans un contexte d’effondrement des prix du pétrole et de baisse des marchés actions.

La livre sterling a glissé sous la barre des 1,23 hier, une baisse de près de 1,5% par rapport à son plus haut niveau. Les mouvements de la monnaie britannique ont reflété les changements de sentiment des investisseurs depuis le début de la pandémie COVID-19, la livre sterling s’étant redressée en période de calme sur le marché et s’étant dépréciée lors d’un regain d’anxiété des investisseurs.

La baisse spectaculaire des prix du pétrole cette semaine a certainement déclenché une période d’anxiété. Le prix du pétrole américain s’est échangé négativement à – 40 dollars, bien qu’il se soit depuis redressé de façon spectaculaire pour revenir au-dessus des 11 dollars au moment de la rédaction du présent rapport. Les prix mondiaux du pétrole ont cependant continué à chuter ces deux derniers jours, le Brent se négociant maintenant à son plus bas niveau depuis deux décennies, autour de 17 dollars le baril.

Les données sur l’emploi au Royaume-Uni publiées hier ont été meilleures que prévu, avec seulement 12,2k personnes ayant demandé des allocations de chômage en mars, alors que le consensus tablait sur 17k. Toutefois, ce chiffre ne couvre que la période allant jusqu’au 12 mars, c’est-à-dire bien avant la mise en place du confinement, il est donc largement hors de propos. Les données d’avril de l’indice des prix à la consommation (PMI), qui pourraient atteindre un nouveau niveau record. Les données de vendredi sur les ventes au détail pour le mois de mars devraient être beaucoup plus intéressantes.

L’euro tient bon alors que les cas de coronavirus européens diminuent

L’euro a été relativement stable au cours des quatre ou cinq dernières séances environ, malgré les mouvements spectaculaires des prix du pétrole jusqu’à présent.

Alors que l’euro aurait pu s’attendre à souffrir contre le dollar sur fond de turbulence, une stabilisation des cas européens de coronavirus semble empêcher toute baisse significative de la monnaie unique. Les nouveaux cas quotidiens du coronavirus en Espagne et en Italie, les deux pays les plus touchés en dehors des États-Unis, ont continué à diminuer la semaine dernière, ce qui laisse penser que le pire de l’épidémie pourrait maintenant être passé dans la zone euro. Les cas aux États-Unis restent cependant très élevés, sans aucun signe de diminution significative. Si cette tendance devait se poursuivre au cours de la semaine prochaine, nous pourrions alors commencer à observer une hausse plus importante de l’EUR/USD.

Beaucoup de données économiques seront publiées jeudi. Nous porterons une attention particulière aux indices de confiance des consommateurs d’avril, tant en zone euro qu’aux États-Unis, qui devraient être de nouveaux records, alors que les données des mois précédents couvraient une période de pré-blocage. En outre, les investisseurs seront très attentifs aux données hebdomadaires sur les demandes d’allocations chômage aux États-Unis, qui couvrent la période allant jusqu’au 17 avril. Les demandes d’allocations de chômage devraient encore être très élevées, le consensus tablant sur plus de 4 millions de nouvelles inscriptions.

Augustin Doittau
FX Corporate Dealer

SHARE