La livre sterling s’envole portée par les négociations sur le Brexit

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

14 October 2019

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

Les événements politiques ont une nouvelle fois éclipsé les nouvelles économiques des marchés financiers. L’optimisme a éclaté sur deux fronts essentiels : les négociations sur le Brexit et le conflit commercial entre les États-Unis et la Chine. En conséquence, les actifs plus risqués ont fortement progressé dans le monde entier, notamment la livre sterling et la plupart des devises émergentes, à l’exception de la lire turque, qui a fortement chuté après l’incursion turque en Syrie.

Cette semaine, le Brexit restera au centre de nos préoccupations. Le sommet de l’union européenne, jeudi et vendredi, peut offrir la possibilité d’un accord ultime avant la date limite du 31 octobre. Cependant, nous nous attendons toujours à ce que cette date soit reportée et pensons que des élections générales seront nécessaires. Peu de nouvelles de premier rang sur le calendrier économique, la production industrielle de l’UE mardi étant peut-être le point le plus important pour cette semaine.

GBP
La percée apparente dans les négociations sur le Brexit en fin semaine a suscité un regain d’optimisme sur les marchés des changes et a poussé les vendeurs de livre sterling à se couvrir. Les données économiques mitigées (ventes au détail médiocres, PIB mensuel meilleur que prévu) ont été largement ignorées à la suite de cette nouvelle. Des sources de l’union européenne ont tenté de calmer les attentes ce week-end, mais la probabilité d’un no-deal Brexit le 31 octobre a chuté à environ 12%. Nous pensons qu’un délai supplémentaire et des élections générales seront nécessaires, mais le simple fait d’écarter l’option d’un Brexit sans accord justifie une hausse supplémentaire de la livre sterling vers les 1,28 par rapport au dollar américain. La réunion de la Banque d’Angleterre jeudi pourrait néanmoins apporter une certaine volatilité.

EUR
Les derniers chiffres un peu mous de l’Allemagne et de la France n’ont eu aucun impact perceptible sur la monnaie unique la semaine dernière. L’euro a profité de l’optimisme général suscité par les nouvelles positives dans les négociations entre la Chine et les Etats-Unis, pour dégager un gain modeste par rapport au dollar. Cette semaine, la production industrielle de la zone euro, qui est normalement un chiffre de second rang, pourrait amener de la volatilité, en particulier si elle surprend à la hausse et casse la tendance baissière qui plane autours de l’économie européenne. De plus, de nombreux discours de membres de la BCE pourraient mettre en lumière le manque de cohésion de la banque centrale à propos du dernier cycle d’assouplissement monétaire.

USD
Un ensemble de données économiques très contrasté la semaine dernière, qui a eu peu d’impact sur le dollar américain. L’inflation de septembre a été un peu moins forte que prévu, mais l’indice de confiance des consommateurs a surpris à la hausse. À côté de cela, le compte rendu de la dernière réunion de la Fed n’a apporté que peu d’informations nouvelles. Il semblerait donc que le dollar américain continue de faire son chemin au rythme des nouvelles positives dans les négociations avec la Chine, du moins jusqu’à la prochaine réunion de la Fed le 30 octobre.

SHARE