Les demandes d’allocations chômage à 20 millions aux Etats-Unis, pourquoi le dollar se reprend-il ?

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

17 April 2020

Written by
Bran Thévenet

External Relationship Manager chez Ebury

Le dollar s’est renforcé contre la plupart des devises majeures hier, en dépit de très mauvais chiffres américains.

Les demandes hebdomadaires d’allocations chômage sont restées au plus haut pour une quatrième semaine consécutive avec 5.2 millions d’américains supplémentaires qui se sont inscrits la semaine du 11 avril. On dépasse maintenant les 22 millions de personnes inscrites, soit environ 13% de la population active américaine. Même si c’est légèrement en dessous des attentes des économistes, les dégâts sur le marché de l’emploi sont considérables outre atlantique. Le nombre d’emplois perdu au cours des quatres dernières semaines est presque équivalent au nombre d’emplois créé sur la décennie depuis la crise 08/09. C’est donc 10 années entières d’emplois qui ont disparu…

Pour illustrer ces chiffres, le nombre de nouvelles demandes d’emplois au cours du mois dernier est approximativement la somme de la population des 8 plus grosses villes américaines … Si on calcule grossièrement, cela représente un taux de chômage d’environ 15%, ce qui en ferait le taux le plus élevé depuis la seconde guerre mondiale.

D’autres mauvaises nouvelles sont arrivées hier entre la très forte baisse des mises en chantiers de logements (plus forte baisse en 30 ans) et l’indice manufacturier de la FED de Philadelphie qui a atteint un point bas depuis 45 ans.

Bien que les chiffres hier étaient moins mauvais qu’attendu, ce n’est pas la raison du renforcement du dollar. En effet, la vague de confirmation des mauvais chiffres macroéconomiques s’est heurtée à une autre vague d’aversion au risque, profitant donc à la valeur refuge dollar qui s’est renforcé contre l’euro et la livre.

Contraction record de l’économie chinoise

Une autre indication sur la gravité de la forme que la récession est en train de prendre est du PIB chinois. Les chiffres publiés ce matin font état d’une contraction de 6,8% en rythme annuel et 9.8% en rythme trimestrielle du premier trimestre 2020. C’est tout simplement la plus forte contraction depuis que les chiffres officiels ont été introduits en 1992.

Autrement, la livre sterling a brièvement touché son plus bas niveau contre l’euro depuis une semaine, alors que le gouvernement britannique annonçait le prolongement du confinement pour au minimum 3 semaines supplémentaires. Alors que le nombre de décès liés au Covid-19 continue d’augmenter (plus haut sur les derniers jours), les mesures de confinement commencent à avoir un impact, avec un nombre de nouveaux cas qui stagnent de manière similaire à l’Italie il y a quelques semaines. Avec des mesures qui commencent à s’assouplir en Europe, le Royaume-Uni peut commencer à entrevoir la lumière au bout du tunnel. Cette situation pourrait être favorable à court terme pour la livre, si le nombre de nouveaux cas se mettaient à baisser, alors que le nombre de décès aux Etats-Unis continue d’augmenter.

Augustin Doittau
FX Corporate Dealer

SHARE