Le dollar s’effondre alors que les cas de coronavirus américains surpassent la Chine

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

27 March 2020

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

Le dollar a reculé par rapport à presque tous ses principaux pairs jeudi, suite à une nouvelle forte augmentation des cas COVID-19 aux États-Unis et à des données économiques inquiétantes sur le marché du travail du pays.

Comme nous l’avions prévu dans notre note de jeudi, les demandes d’allocations de chômage ont explosé la semaine dernière aux États-Unis, dépassant même de loin les attentes les plus pessimistes. Les nouvelles demandes d’allocations de chômage sont montées en flèche, atteignant le chiffre impressionnant de 3,3 millions, soit une augmentation de près de 1100% par semaine. Ce chiffre éclipse de loin tout niveau atteint pendant la crise financière de 2008/09 et suggère qu’un bond important du chômage et une forte contraction nette des emplois créés apparaitront dans le rapport sur l’emploi de la semaine prochaine. Ce rapport, qui se situe habituellement au deuxième ou troisième rang, a fait la une des journaux.

Dans une démarche inhabituelle, le président de la Fed, Jerome Powell, a déclaré à la télévision nationale que la Fed “n’allait pas manquer de munitions” et que la banque disposait encore “d’une marge de manœuvre dans d’autres domaines pour soutenir l’économie”. Il s’agit là d’une démarche claire visant à assurer aux employeurs de conserver leur personnel en cette période difficile où beaucoup n’ont guère d’autre choix que de licencier les travailleurs.

Malgré les commentaires rassurants de Powell, le dollar a perdu environ 1,5% par rapport à l’euro hier, la paire se négociant à nouveau à un plus haut de plus d’une semaine au-dessus de la marque de 1,10 ce matin. Le bond dans les cas confirmés de COVID-19 aux États-Unis est en partie responsable, en particulier maintenant que le pays a dépassé la Chine en tant que pays le plus touché au monde.

L’euro au-dessus de 1,10 alors que les nouveaux cas de virus en Italie se stabilisent

A hausse de l’euro mentionnée ci-dessus peut être attribuée presque uniquement à la faiblesse générale du dollar. Il n’y a pas eu de véritable catalyseur de la force de la monnaie commune, bien que le nombre de nouveaux cas quotidiens du virus semble se stabiliser en Italie, ce qui est rassurant. Il faut espérer que c’est un signe avant-coureur et que le virus est près d’atteindre son point culminant dans ce pays. Malgré tout, il est maintenant presque certain que l’Italie suivra les États-Unis et dépassera la Chine en termes de cas confirmés de COVID-19 dans les prochaines 24 heures.

Les chiffres en provenance d’Espagne sont également inquiétants, le nombre de décès y dépassant déjà largement celui enregistré en Chine. Les ramifications économiques seront graves, en particulier dans les zones les plus touchées qui devront maintenir au moins un certain degré de mesures de confinement pendant une période considérable. Ce coût économique croissant pourrait commencer à peser sur l’euro dans les prochains jours, même si pour l’instant les investisseurs se concentrent surtout sur les États-Unis, qui semblent agir en faveur de la monnaie unique.

La livre sterling bondit, la BoE est prête à agir si nécessaire

En raison de la faiblesse du dollar, la livre sterling a fait un bond de plus de 2 % hier. Compte tenu de la prime de risque élevée placée sur la livre en raison de Brexit et de l’important déficit extérieur du Royaume-Uni, les mouvements sur la paire GBP/USD ont été exacerbés ces dernières semaines, avec des ventes importantes généralement suivies de fortes hausses, comme celle observée hier.

La réunion de la Banque d’Angleterre d’hier n’a pas donné lieu à de grandes annonces de bombardements, qui sont restées pour la plupart dans l’ombre. Les taux sont restés inchangés à 0,1%, les décideurs politiques ayant voté pour le maintien du programme d’assouplissement quantitatif à 645 milliards de livres, après l’avoir augmenté de 200 milliards de livres la semaine dernière. Le nouveau gouverneur Andrew Bailey a averti que le virus pourrait causer des dommages à long terme à l’économie britannique et qu’il est prêt à agir si nécessaire.

Sur le front des données, les chiffres des ventes au détail pour février étaient faibles, bien qu’il s’agisse de données pré-coronavirus, de sorte qu’elle ne sont plus vraiment pertinentes. Les chiffres de mars qui doivent être publiés le mois prochain prendront beaucoup plus d’importance et il est presque certain qu’ils montreront une contraction significative.

SHARE