La FED baisse ses taux mais indique que le cycle d’assouplissement monétaire est probablement fini

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

30 October 2019

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

La FED a de nouveau baissé ses taux de 25 points de base ce mercredi. Cependant, comme nous l’avions anticipé en amont de la réunion d’octobre, Powell a indiqué que de nouvelles baisses ne devraient pas survenir dans les conditions actuelles.

Le taux directeur a été abaissé à 1.50-1.75%, ceci étant la troisième baisse des taux cette année. Cette baisse était largement attendue par le marché, celui-ci lui donnant une probabilité de 90%. Les investisseurs étaient surtout concentrés sur d’éventuelles commentaires pouvant laisser présager la mise en place de nouvelles politiques monétaires accommodantes dans un futur proche.

Les commentaires de Powell ont finalement été assez optimistes, plutôt à l’opposé des mesures accommodantes mises en place depuis quelques mois. Celui-ci a annoncé que cette baisse de taux était avant tout une mesure de précaution afin de protéger l’économie américaine d’escalades dans les tensions commerciales. Powell a également souligné que l’économie américaine continuait de croître à un rythme “modéré” avec un fort marché du travail et des risques extérieurs qui s’amenuisent.

Durant sa conférence de presse, le gouverneur de la FED a minimisé la possibilité de nouvelles baisses des taux cette année. La politique monétaire est selon lui actuellement à son juste niveau. De plus, la volonté de baisser les taux ne figure plus dans le code de “bonne conduite” de la FED. Cet indice nous laisse présager qu’aucune nouvelle baisse de taux n’aura lieu cette année. La FED entre selon nous dans une période d’observation de l’impact de sa politique sur l’économie américaine.

Le dollar a réagi de manière assez surprenante, chutant face à l’euro de 0.5% après avoir été en hausse face à celui-ci.

Nous pensons que cette baisse survient pour différentes raisons. La première est la grève des ouvriers de General Motors en septembre, la plus longue depuis 50 ans, qui pourrait avoir un impact significatif sur la croissance au Q3. La seconde est que Powell a évoqué un peu plus tôt qu’une hausse des taux était absolument inenvisageable à moins qu’une hausse importante de l’inflation survienne.

Suite à cette réunion, la probabilité sur le marché d’une nouvelle baisse des taux est seulement de 20% pour le mois d’avril. Nous pensons que le dollar pourrait regagner du terrain en raison de cette faible probabilité de nouvelle baisse des taux.

SHARE