Incertitudes sur la reprise économique mondiale, les chiffres du covid-19 s’aggravent aux États-Unis

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

29 June 2020

Written by
Enrique Diaz-Alvarez

Directeur des risques

La semaine dernière a été très mitigée pour les marchés financiers à travers le monde. La hausse continue des chiffres de la contagion aux États-Unis, où certains états enregistrent des niveaux records de nouveaux cas, a fait vaciller les marchés boursiers du monde entier, bien qu’il n’y ait jusqu’à présent aucune réelle tendance à la baisse. Le fait que le nombre de décès aux États-Unis soit relativement stable alors même que les nouveaux cas augmentent, créé pour l’instant un plancher en support des actifs à risque dans le monde entier. Les marchés des devises ont également connu une performance inégale. Les devises du G10 sont restées peu volatiles, celles d’Amérique latine ont généralement baissé tandis que celles d’Asie ont augmenté. Dans l’ensemble, il a été difficile de dégager un thème commun.

La semaine prochaine, l’accent sera à nouveau mis sur le marché du travail américain et sur la vitesse à laquelle il se remet du pire de la crise. En plus des données hebdomadaires sur le chômage, le rapport sur les salaires pour le mois de juin sera publié cette semaine. Les balances trimestrielles de collecte des gestionnaires d’actifs ajouteront de la volatilité au marché des devises jusqu’à mardi soir.

GBP
Les indices PMI de l’activité des entreprises du mois de juin ont rebondi plus que prévu, comme dans la plupart des pays. L’indice composite à 47,6 indique que l’économie est proche d’une nouvelle expansion et que le deuxième trimestre 2020 marquera probablement le creux de l’activité économique. La date limite pour une prolongation de Brexit est fixée à mardi, mais le gouvernement britannique a déjà indiqué qu’il ne demanderait pas de prolongation, et nous ne prévoyons pas une grande volatilité au-delà des mouvements habituels de fin de trimestre. Les deux parties ont fait preuve d’un optimisme prudent, nous nous attendons donc à ce que la livre sterling reprenne son rebond au cours des prochaines semaines.

EUR
Les PMI de la zone euro ont rebondi à des niveaux similaires à ceux du Royaume-Uni en juin. En dehors de cela, la monnaie unique a bénéficié de l’attention accrue portée à la divergence de l’évolution de l’épidémie à travers l’Atlantique, les cas européens ayant clairement tendance à diminuer alors que ceux aux États-Unis augmentent. Néanmoins, la nervosité générale et l’incertitude par rapport aux balances de portefeuilles en fin de trimestre ont fait qu’au final, l’euro a terminé la semaine à peu près là où il l’avait commencé par rapport au dollar américain. Maintenant que le risque de la crise de l’euro a été écarté des écrans des traders, nous nous attendons à ce que la monnaie unique reprenne lentement sa progression par rapport à la plupart des devises mondiales.

USD
L’une des plus grandes sources d’incertitude sur le marché des changes au cours du second semestre 2020 est de savoir si le dollar américain conservera son statut de valeur refuge alors que les conditions de la pandémie s’y détériorent par rapport à la plupart des autres pays développés.

La semaine dernière, les nouveaux cas ont atteint un record, bien que les décès soient heureusement à la traîne, signe au moins d’une multiplication des tests. Néanmoins comme les états font une pause dans le déconfinement et retarde leur calendrier de réouverture, les dommages infligés au marché du travail mettront plus de temps à cicatriser. Jusqu’à présent, la réponse exceptionnellement généreuse de l’état (relance et augmentation des allocations de chômage) a permis d’éviter un effondrement des revenus des travailleurs. Cependant la mesure visant à donner 600 dollars par semaine en plus des allocation chômage devrait expirer à la fin du mois de juillet. Il faudra que les Démocrates et les Républicains s’entendent pour prolonger ces mesures spéciales.

Le rapport sur les salaires de juin qui sera publié jeudi, devrait faire état d’une légère amélioration sur le front du chômage et de la création d’emplois par rapport aux tristes creux du mois d’avril. Etant donné le niveau inhabituel d’incertitudes, il est probable que les demandes hebdomadaires de prestations de chômage fourniront au moins autant d’informations utiles que le rapport sur les salaires proprement dit.

SHARE