La vente du dollar se poursuit alors que les espoirs de reprise augmentent

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

1 June 2020

Written by
Enrique Diaz-Alvarez

Directeur des risques

A travers le monde, les actifs à risque se renforcent grâce à l’optimisme croissant d’une reprise économique après le confinement. Les pays ouvrent leurs économies avec, jusqu’à présent, peu de signes d’un rebond significatif des taux de contagion. La plupart des économies développées sont maintenant frappées par une série de mesures de soutien monétaire, fiscal et de crédit, les données économiques commencent à le refléter. Dans ce contexte, les actions et le crédit continuent de grimper et les investisseurs continuent de se défaire du dollar américain. Il est difficile de dire dans quelle mesure la sous-performance du billet vert est due à son rôle de valeur refuge qui se vend en période d’optimisme des marchés et dans quelle mesure elle est due à l’énorme expansion fiscale et monétaire que nous observons aux États-Unis, qui éclipse jusqu’à présent la réaction des autres pays à la crise sanitaire. Les prochaines semaines devraient permettre de clarifier cette question.

Cette semaine, les chiffres de l’emploi non agricole aux États-Unis pour le mois d’avril, publiés vendredi, devraient continuer à brosser un tableau sombre de l’état du marché du travail américain. Le contraste avec la zone euro est important, les suppressions d’emplois ont été bien moindres et dont les indices PMI se portent mieux. Si l’activité des entreprises continue de montrer que le creux économique est passé, cela pourrait entraîner une nouvelle hausse de l’euro. La réunion de la BCE de jeudi sera également essentielle à la performance de l’euro cette semaine.

GBP
Nous attendons les révisions du PMI cette semaine pour avoir de nouvelles preuves que l’économie britannique continue à se remettre de la crise. Les négociations du Brexit commencent maintenant à revenir sur la table. Nous continuons à attendre du Royaume-Uni qu’il demande et obtienne un report d’un an en juin, car le gouvernement Johnson doit se concentrer sur la reprise après la pandémie. Une fois que les craintes relatives à l’absence d’accord seront apaisées, la livre sterling devrait se redresser pour retrouver des niveaux plus proches de ses fondamentaux.

EUR
La semaine dernière, la commission européenne a approuvé un vaste ensemble de subventions et de prêts destinés à soutenir la reprise économique, pour un montant total de 750 milliards d’euros. Ce montant s’ajoute à toutes les mesures annoncées jusqu’à présent. Nous attendons de la BCE qu’elle étende le programme PEPP pour l’achat d’obligations souveraines de 750 milliards à 1,25 trillion. Cela permettrait aux obligations émises dans le cadre du plan de relance de la commission d’être placées plus facilement sur les marchés. Dans l’ensemble, nous nous attendons à ce que la hausse de l’euro continue à court terme.

USD
Le revenu personnel américain a augmenté de 10,5 % en avril, la plus forte hausse mensuelle de l’histoire. Cette hausse est due aux mesures de relance énergique, notamment les suppléments de chômage et les prestations en espèces. Cependant, les mesures de confinement ont empêché que cet argent ne soit dépensé et les dépenses personnelles ont connu une baisse à deux chiffres. Ces économies forcées peuvent en fait être un facteur positif, dans la mesure où elles indiquent de futures demandes lorsque les mesures de confinement seront allégées. Alors que le rapport sur l’emploi d’avril devrait être morose, les mesures hebdomadaires plus opportunes s’annoncent meilleures. Les demandes de prestations de chômage ont enregistré une baisse importante et inattendue la semaine dernière, soit 3,8 millions de demandes en moins. La clé pour le dollar dans les prochaines semaines sera de savoir si la récente baisse est entièrement due à une augmentation de l’appétit pour le risque ou si les investisseurs commencent à s’inquiéter de l’expansion massive de la base monétaire aux États-Unis en réponse à la crise.

SHARE