Le dollar s’affaiblit alors que la Fed lance un programme d’achat d’obligations d’entreprises

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

16 June 2020

Written by
Augustin Doittau

FX Corporate Dealer

Un certain regain d’appétit pour le risque prévalait sur les marchés hier soir, avec une hausse des actions et une baisse générale du dollar américain, en particulier par rapport aux devises des marchés émergents.

La nouvelle selon laquelle la Réserve fédérale va commencer à acheter des obligations d’entreprises aujourd’hui dans le cadre de son programme d’achat d’actifs a contribué à soutenir les investisseurs. Mais aussi le rapport Bloomberg déclarant que le président Trump préparait un nouveau programme d’infrastructures de mille milliards de dollars. Cela a étayé l’idée que les autorités monétaires continueront à faire tout ce qu’il faut pour redonner vie à l’économie mondiale qui a désespérément besoin d’être stimulée après le confinement.

La hausse de l’EUR/USD en réponse aux gros titres de la Fed est intéressante, étant donné que la promesse de nouvelles relances a été saluée, depuis le début de la crise, par des hausses des monnaies nationales. Le programme lui-même a cependant déjà été dévoilé par la Fed, l’inconnu n’étant que son calendrier. Les mouvements synchronisés des actions et des devises à la suite de la nouvelle indiquent une augmentation générale de la confiance des investisseurs en la reprise économique, confiance qui a été assombrie ces derniers jours par les inquiétudes concernant une éventuelle deuxième vague d’infections par le COVID-19.

La question de savoir si le regain d’optimisme peut être maintenu dépendra probablement des derniers chiffres concernant le virus. Les rapports faisant état de nouveaux foyers de contamination à Pékin et de la réintroduction de certaines mesures de confinement dans cette ville sont légèrement préoccupants. Cependant et jusqu’à présent, les nouveaux foyers ont été relativement peu nombreux, de sorte que la réaction du marché pourrait être limitée si cela reste le cas. La tendance à la hausse des nouveaux cas quotidiens dans un certain nombre d’états américains, y compris des records au Texas, en Floride et en Arizona, est tout aussi inquiétante et présente également un risque pour le sentiment de confiance des investisseurs.

Les demandes de prestations de chômage au Royaume-Uni ont atteint un nouveau sommet

La livre sterling a connu une bonne journée hier, se redressant d’environ un pour cent au cours de la journée par rapport à un dollar globalement plus faible. Cela étant dit, la livre a renoncé à certains de ces gains ce matin, suite à des chiffres de l’emploi britanniques plus mauvais que prévu.

Le nombre de demandeurs, qui représente le nombre de personnes en Grande-Bretagne demandant des allocations de chômage, s’est élevé à 529 000 en mai, tandis que le nombre d’avril a été révisé à la hausse (environ 150 000) pour atteindre plus d’un million de demandes. Cela porte le nombre total de demandes depuis le début de la pandémie à près de 1,6 million, soit environ 4,7 % de la population active totale.

Le taux de chômage réel est resté inchangé à 3,9 % au cours des trois mois qui se sont terminés en avril, bien que nous ne pensions pas nécessairement qu’il s’agisse d’un bon baromètre de la façon dont le marché du travail se comporte dans la situation actuelle. Tous les chiffres de ce matin omettent bien sûr les 8,9 millions de personnes mises en chômage partiel depuis le début de la crise, soit environ un travailleur sur quatre.

SHARE