Quel est l’impact de la pandémie du COVID-19 sur le marché des changes ?

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

30 March 2020

Written by
Enrique Díaz-Álvarez

Chief Risk Officer at Ebury. Committed to mitigating FX risk through tailored strategies, detailed market insight, and FXFC forecasting for Bloomberg.

Ces préoccupations concernant l’accélération de la propagation du virus ont amené de nombreux gouvernements du monde entier à mettre en place des mesures de confinement strictes destinées à en atténuer l’impact. L’Europe continentale a été particulièrement touchée et se trouve aujourd’hui être l’épicentre de la crise. L’Italie, l’Espagne et la France sont désormais sous contrôle, après avoir connu une forte augmentation du nombre de cas confirmés au cours des deux dernières semaines. Des mesures draconiennes destinées à enrayer le taux de contagion, telles que la fermeture de restaurants, de cafés, d’hôtels, d’écoles et de cinémas, ont été mises en œuvre dans une grande partie de l’Europe, les frontières étant fermées et la circulation des personnes sévèrement restreinte. Les manifestations sportives ont été soit annulées, soit reportées et même les petits rassemblements sont désormais interdits dans de nombreux pays.

Le taux de croissance du nombre total de cas confirmés, et même de décès causés par le virus, a continué à augmenter à un rythme accéléré en dehors de la Chine. Au moment où nous écrivons ces lignes, plus de 720 000 cas de virus ont été signalés dans près de 200 pays (plus de 500 000 en deux semaines seulement), entraînant la mort d’environ 34 000 personnes dans le monde entier. En dehors de la Chine, le nombre de cas confirmés s’élève maintenant à environ 640 000, ce qui représente près de 90 % de l’ensemble des cas mondiaux. La bonne nouvelle est que le virus semble désormais largement sous contrôle en Chine, le nombre de nouveaux cas quotidiens a fortement ralenti pour s’arrêter, avec une moyenne d’environ 40 cas au cours des deux dernières semaines.

Les États-Unis ont devancé la Chine et sont désormais le pays le plus touché au monde, ayant connu une augmentation massive du nombre de nouveaux cas quotidiens la semaine dernière. L’Europe continentale a également été particulièrement touchée, notamment l’Italie, qui a connu plus de décès dus au virus que tout autre pays. L’Espagne semble également être sur une trajectoire similaire, l’Allemagne n’étant pas loin derrière en termes de cas confirmés. Pour situer le contexte, le nombre de cas actifs en Italie (c’est-à-dire le nombre total de cas moins les cas complètement guéris ou décédés) est maintenant presque trente fois plus élevé qu’en Chine. En fait, le rapport entre les cas confirmés et les cas décédés en Italie est actuellement d’environ 9:1 contre 25:1 en Chine. Cela est probablement dû à deux facteurs, le premier étant le niveau encore relativement faible des tests effectués en Italie par rapport à de nombreux autres pays dans le monde, et l’âge médian relativement élevé de l’Italie (46,5 ans contre 38,4 ans en Chine selon la Central Intelligence Agency).

Comment les marchés financiers réagissent-ils à la crise ?

La réaction des marchés financiers a été agressive et violente, semblable aux mouvements observés lors de la crise financière mondiale de 2008/09, sinon plus forte. Les marchés d’actions ont été les plus touchés par les cessions, les investisseurs fuyant les actifs à haut risque pour se réfugier dans des valeurs sûres ou, dans de nombreux cas, quittant complètement le marché. Les indices boursiers américains se sont stabilisés, bien qu’ils soient toujours en baisse d’environ 25 % depuis la mi-février au moment de la rédaction du présent rapport, les actions européennes étant en baisse d’un montant similaire. L’indice FTSE 100, par exemple, est tombé à son plus bas niveau depuis 2011, ayant perdu un tiers de sa valeur en moins de trois semaines. L’intervention à grande échelle des banques centrales et des gouvernements a contribué dans une certaine mesure à cette évolution, même si elle est loin d’avoir entièrement rétabli la confiance des investisseurs.

Sur le marché des changes, la stratégie de négociation la plus populaire au cours des dernières semaines a consisté pour les investisseurs à acheter le dollar américain, en particulier au détriment des devises des marchés émergents. Le dollar a servi de monnaie refuge de choix aux opérateurs pendant la crise, comme il a eu tendance à le faire par le passé en période de forte tension sur les marchés. Nous présentons ci-dessous les trois principales raisons pour lesquelles nous pensons que le dollar a fait mieux que les autres :

1) C’est la monnaie la plus liquide au monde.

2) L’économie américaine est moins dépendante de la demande extérieure que la plupart des pays développés, en particulier l’Europe.

3) La propagation du virus a été relativement moins agressive aux États-Unis qu’en Europe et en Asie pendant la plus grande partie de l’épidémie, en particulier en pourcentage de la population totale. Une plus grande rigueur des tests aux États-Unis a toutefois entraîné une forte augmentation du nombre de cas confirmés dans ce pays, qui a désormais dépassé la Chine en tant que pays le plus touché au monde.

En termes pondérés des échanges, le dollar s’est apprécié de 8 % en une dizaine de jours à partir du 10 mars, même s’il a depuis lors perdu une partie de ses gains. La principale paire EUR/USD a souffert de quelques semaines très volatiles, d’abord en forte hausse avant de s’effondrer à un plus bas niveau de près de trois ans, en dessous du niveau de 1,07. Maintenant que la Réserve fédérale a réduit les taux d’intérêt jusqu’à zéro, les investisseurs n’ont plus de raison d’acheter l’euro dans l’attente d’une réduction des écarts de taux d’intérêt entre les États-Unis et la zone euro. Parmi les autres grandes devises, la couronne norvégienne et les dollars australien et néo-zélandais ont été parmi les plus exposés, tout comme la livre sterling. Le 18 mars, la monnaie britannique a atteint sa position la plus faible par rapport au dollar américain depuis 1985. Les mesures de la volatilité implicite de la paire ont explosé et ont dépassé les niveaux observés après le vote de Brexit en juin 2016 pendant la crise actuelle – des niveaux qui ont été jugés peu susceptibles d’être atteints à nouveau en une génération. Nous attribuons l’ampleur de la vente aux investisseurs qui ont dénoué leurs positions longues sur la livre sterling mises en place à la suite des élections britanniques de décembre, et à la prime de risque plus élevée de la livre en raison de Brexit et de l’important déficit extérieur du pays.

Dans l’univers des marchés émergents, de nombreuses monnaies sont tombées à leur plus bas niveau depuis plusieurs années. Parmi les plus touchées, on trouve les monnaies des pays qui dépendent fortement de la production de matières premières, notamment en raison de la forte chute du pétrole (- 70 % en un mois environ). Le rouble russe a été parmi les plus touchés, perdant environ 16 % de sa valeur par rapport au dollar jusqu’à présent, rien qu’en mars. Ailleurs, le peso mexicain et le peso colombien ont également subi des pertes dramatiques, le real brésilien et le rand sud-africain n’étant pas loin derrière et ayant chuté de plus de 10 % ce mois-ci au moment de la rédaction du présent rapport. D’autres pertes par rapport aux niveaux actuels pour ces devises à haut risque sont possibles, selon nous, alors que le virus n’a pas encore atteint son pic dans les principales zones économiques du monde.

Comment les mesures de confinement pourraient-elles avoir un impact sur l’économie mondiale ?

Ces derniers jours, nous avons commencé à recevoir les premières données économiques qui montrent le véritable impact des mesures de confinement du virus sur l’économie mondiale. Après les chiffres désastreux de l’indice PMI de la Chine, les indices composites de la zone euro (31,4), du Royaume-Uni (37,1) et des États-Unis (40,5) ont tous chuté à des niveaux historiquement bas. Les demandes initiales de chômage aux États-Unis ont également grimpé en flèche pour atteindre 3,3 millions dans la semaine du 20 mars, soit près de cinq fois le pic enregistré pendant la crise financière.

Les banques centrales ont tenté de sauter à la rescousse au cours des dernières semaines. La Réserve fédérale a ouvert la voie en réduisant les taux de 150 points de base jusqu’à la limite inférieure effective tout en relançant son programme d’achat d’actifs à grande échelle. Une série d’autres banques centrales ont depuis suivi le mouvement, soit en réduisant les taux de façon agressive, soit en injectant des liquidités sur le marché. Le principal problème pour les banques centrales est qu’elles ne peuvent pas faire plus face à une crise sanitaire. Les décideurs politiques ne peuvent pas créer un vaccin, ni faire passer les consommateurs par les portes des magasins alors que ces derniers ne sont même pas ouverts. Les mesures les plus efficaces seront plutôt, selon nous, celles qui ciblent les entreprises les plus à risque, à savoir les PME. Cette aide a pris la forme de mesures telles que le report des remboursement de dettes, les prêts à faible coût et les subventions gouvernementales.

Si nous pensons que les mesures de relance susmentionnées devraient contribuer à atténuer le choc, nous estimons qu’il ne s’agit pas de savoir “si” l’économie mondiale entrera en récession, mais quelle sera l’ampleur et la durée de ce ralentissement. Compte tenu de la gravité et de l’ampleur des mesures d’endiguement, il est probable qu’il s’agira d’une crise très grave qui, du moins à court terme, éclipsera la grande crise financière de 2008/2009. Cela étant dit, nous gardons l’espoir que l’économie mondiale se redressera brutalement une fois le pire passé et les mesures d’endiguement progressivement levées. Les gouvernements étant prêts à faire tout ce qu’il faut, l’objectif de revenir à une structure économique presque intacte dès que l’épidémie sera maîtrisée est raisonnable. Dans le cas de chaque pays, nous pensons que beaucoup dépendra de la structure de leur économie et de l’aide des autorités pour atténuer l’impact négatif du virus sur les entreprises et les ménages. Nous pensons que ce dernier point est crucial.

Que pourrait-il se passer ensuite ?

En l’absence de précédent historique, il est incroyablement difficile de faire des prévisions précises, en particulier à moyen et long terme. Ce que nous savons, c’est qu’il est presque certain que la volatilité du marché restera élevée pour l’instant, en particulier alors que le virus n’a pas encore atteint son maximum dans les principales zones économiques du monde, à savoir l’Europe et les États-Unis. Dans l’immédiat, nous pourrions continuer à considérer le dollar comme la monnaie refuge de choix, malgré la forte augmentation du nombre de cas que nous constatons dans le pays.

SHARE