La livre sterling monte alors que les événements politiques réduisent les chances d'un Brexit sans accord
La livre sterling était la star face aux principales devises notamment dû à sa hausse contre toutes les devises G10 mais également à sa consolidation nette avec un niveau supérieur à 1,30 contre le dollar. Le catalyseur était la démission de plusieurs députés du parti travailliste et des tories, ce qui fait privilégier un probable vote explicite du Parlement contre un Brexit sans-accord. Autre part dans le monde, nous constatons une hausse du pétrole dues aux sanctions vénézuéliennes, des rumeurs positives concernant une éventuelle entente pour la guerre commerciale entre la Chine et les Etats-Unis ainsi qu’un appétit envers les actifs risqués dans le monde ayant entraîné une remontée générale des devises des marchés émergents, en particulier celles les plus exposées aux prix des produits de base.

La semaine prochaine, nous nous attendons à avoir certaines décisions prises par les Etats-Unis concernant la guerre commerciale, ayant comme date butoire le 1er mars. Nous restons optimistes sur le fait que l’administration de Trump est extrêmement motivée pour présenter une avancée positive suite aux défaites politiques consécutives de la “maison blanche”. Les chiffres de l’inflation flash de l’Eurozone pour le mois de février vont retenir l’attention des marchés ce vendredi. Toute augmentation dans les chiffres principaux devrait soutenir l’euro.

GBP
Une fois de plus, les gros titres du Brexit ont masqué tout autre développement concernant la livre sterling. Cependant, nous devons garder à l’esprit que le parti travailliste anglais laisse apparaître des signes négatifs dûs à l’incertitude du Brexit. Le rapport publié pour le dernier trimestre 2019 indiquait une forte création d’emplois associées à une augmentation des salaires. Les bons chiffres de l’emploi ont certainement aidé la livre sterling qui était affectée par l'annonce de la démission de onze députés travaillistes et conservateurs europhiles de leurs partis respectifs.

EUR
La semaine dernière, les données économiques en Europe étaient mitigées, ce qui s’ajoute au flot continu de déceptions ces derniers temps. Plus important encore, les indicateurs PMI sur l'activité des services ont été relevés, compensant ainsi un autre chiffre décevant pour le secteur manufacturier, permettant de sortir l’indice PMI composite de sa récente chute. Cela renforce notre opinion selon laquelle, compte tenu du nombre de créations d’emplois dans l’eurozone ainsi que l’augmentation modeste mais constante des salaires réels, les perspectives de récession sont en train de s’éloigner.

USD
Les faibles données économiques des Etats Unis ont mis le dollar sous pression toute la semaine dernière. Le compte rendu non contraignant de la dernière rencontre de la Réserve fédérale a changé un peu les choses. Nous ne voyons aucun catalyseur clair permettant de changer le niveau du dollar contre les devises G10 au moins pour les prochaines semaines. Cependant, nous gardons notre perspective à la hausse pour la plupart des marchés émergents se trouvant dans un environnement caractérisé par des taux d’intérêts faibles et constants, sans aucune récession en vue dans aucun des plus grands blocs économiques mondiaux.

Imprimer