La reprise économique américaine s’accélère en juin

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

7 July 2020

Written by
Augustin Doittau

FX Corporate Dealer

Les actifs risqués ont commencé la semaine tambour battant hier, balayant d’un revers de main les inquiétudes liées au nombre pourtant croissant de cas de contamination aux États-Unis. Ces derniers ont atteint de nouveaux records au cours du week-end.

Les marchés actions ont continué leur progression hier, l’indice S&P 500 retournant même sur son plus haut niveau depuis le mois de juin. L’euro a également réussi progresser contre le dollar, dépassant brièvement le niveau des 1,13 pour atteindre son plus haut niveau depuis deux semaines. La raison de cette hausse des actifs risqués peut être liée au taux de mortalité relativement faible aux États-Unis et à l’espoir de trouver de nouveaux traitements qui réduiraient la puissance du virus et limiteraient la nécessité de nouveaux confinements.

Nous pouvons également observé des améliorations significatives des données économiques à l’échelle mondiale, ce qui alimente l’espoir d’une reprise plus proche d’une “forme en V” que d’une “forme en U”. Nous en avons eu quelques preuves hier, avec notamment les indices PMI qui sont sortis bien meilleurs qu’attendus. L’indice des prix à la consommation non manufacturier, qui couvre principalement l’activité dans le secteur des services, est passé de 45,4 à 57,1 en juin. Ce chiffre est bien supérieur aux 50,1 du consensus. C’est la plus forte hausse mensuelle depuis la publication des données.

Bien que ce soit un signe encourageant, il faut tout de même se montrer prudent. Ces données couvrent la période précédant le pic le plus élevé du nombre de cas de contamination aux États-Unis. Il sera intéressant de voir si cette forte augmentation aura un impact sur les décisions d’embauche et la confiance des entreprises lorsque les données de juillet seront publiées au début du mois prochain.

Melbourne se reconfine

La hausse de l’euro mentionnée ci-dessus s’est avérée plutôt temporaire, l’EUR/USD ayant baissé de près de 0.5% depuis. Cela coïncide avec les retracements de la plupart des devises à haut risque, notamment les dollars néo-zélandais et australien, ainsi que la couronne norvégienne.

Bien qu’aucun véritable catalyseur ne justifie ce mouvement, les incertitudes qui entourent actuellement les flambées régionales de cas de virus dans un certain nombre de pays incitent les investisseurs à rester prudents. Melbourne en Australie, a été la dernière ville à réimposer des mesures de confinement, les résidents seront confinés à leur domicile pendant une période de six semaines. La réimposition de mesures localisées similaires de confinement des virus aux États-Unis, en Chine, au Royaume-Uni et ailleurs constitue un frein pour les actifs jugés les plus risqués, et devrait profiter aux valeurs dites refuges.

SHARE