Les ventes au détail américaines ont rebondi en mai

  • Go back to blog home
  • A propos d’Ebury
    Actualités
    Analyse du marché des devises
    Commerce international
    Fraude
    Innovation
  • Latest

17 June 2020

Written by
Augustin Doittau

FX Corporate Dealer

L’espoir de voir un rebond plus rapide que prévu de l’économie américaine a contribué à soutenir le dollar mardi après-midi. La devise américaine s’est renforcée contre presque toutes les autres devises majeures.

L’annonce d’un fort rebond des ventes au détail aux États-Unis en mai permet d’espérer une reprise économique plus rapide que prévu, peut-être plus proche d’un “V” que d’un “U”. Les ventes au détail des magasins ont fait un bond de 17,7 % en glissement mensuel, la plus forte augmentation jamais enregistrée. Cela fait suite aux niveaux records à la baisse enregistrés au cours des deux mois précédents en raison du confinement.

Il n’est pas certain que ces niveaux de dépenses soient durables, surtout si l’on tient compte des nouveaux cas quotidiens de contamination enregistrés dans un certain nombre d’états. Combiné avec le rapport sur l’emploi remarquablement bon du mois dernier, il suggère cependant que le ralentissement du deuxième trimestre induit par le virus pourrait ne pas être aussi grave que prévu. Il s’agit d’une évolution positive tant pour les actions américaines, qui ont augmenté de près de 2 % au cours de la séance hier, que pour le dollar américain.

Les gains enregistrés par le billet vert ont été légèrement tempérés par les commentaires prudents du président de la Fed, M. Powell. Ce dernier a noté que “de grandes incertitudes subsistent quant au moment et à la force de la reprise” lors de son témoignage au Congrès. Il a également déclaré qu’un “nombre significatif” des 20 millions d’américains qui ont perdu leur emploi pendant la crise, pourrait ne pas revenir de sitôt sur le marché du travail. Ce chômage de masse constitue à notre avis, le plus grand frein à une reprise rapide et réussie de l’économie américaine post-confinement.

La croissance des prix au Royaume-Uni atteint son plus bas niveau en quatre ans

La livre sterling a terminé la séance de façon spectaculaire hier, comme elle l’a fait lundi après-midi, avec un dollar largement plus fort qui a effacé tous les gains que la monnaie britannique avait pu réaliser le matin.

Ce matin, les données sur l’inflation au Royaume-Uni n’ont pas réussi à faire bouger la livre de manière significative, malgré un ralentissement plus rapide que prévu. C’est le plus bas niveau depuis quatre ans. En mai, le carburant a été de loin le principal frein à la hausse des prix, qui ont chuté de près de 17 %. Le niveau de croissance des prix à la consommation de base, qui exclut la composante volatile des carburants, a en fait assez bien résisté, bien qu’il ait encore baissé à 1,2 % par rapport à l’année précédente.

Cette tendance déflationniste à laquelle nous assistons dans les pays développés n’est pas du tout surprenante.
Malgré l’injection massive de liquidités et la mise en place de mesures fiscales dans les économies, les périodes de confinement ont provoqué une très forte chute de la consommation, ce qui est un facteur déterminant de la pression sur les prix.

SHARE